Home Médias Journalistes invités en secret à l’Élysée: le moulin à fantasmes


Journalistes invités en secret à l’Élysée: le moulin à fantasmes

Le regard d’Elisabeth Lévy

Journalistes invités en secret à l’Élysée: le moulin à fantasmes
Emmanuel Macron, palais de l'Élysée, 6 février 2019 © Nicolas Messyasz / SIPA

Avant la mobilisation contre la réforme des retraites, le président Macron a organisé un déjeuner secret, au cours duquel il s’est directement épanché auprès de célèbres éditorialistes. Objectif : distiller la bonne parole… Même pas vexée de ne pas avoir été conviée, Elisabeth Lévy donne son avis.


Le président a reçu une dizaine de journalistes en grand secret. Et ça fait jaser. Le secret a duré quatre jours. C’était mercredi 18 janvier, veille de la grande manifestation contre la réforme des retraites. Peut-être le président de la République pense-t-il qu’il est entouré de branquignols incapables de faire l’article de sa réforme ? Son service de presse a invité des éditorialistes de grands médias – qui ne sont pas tous des adversaires politiques – à déjeuner à l’Élysée pour qu’ils s’abreuvent directement à la parole divine. 

Déjeuner de cons?

Seule condition : le secret. Ne pas citer le président de la République. C’est ce qu’on appelle un briefing off. Pour faire passer un message clair : à l’Élysée, même pas peur. 

A lire aussi, Elisabeth Lévy sur France inter: Nos impôts, leur radio

Le off, c’est vieux comme le journalisme. Vous pouvez utiliser une info mais pas dire d’où elle vient (on évoque ainsi des « sources proches de l’Élysée », « l’entourage d’un tel ou d’un tel » etc.) Alors oui, on brouille un peu les cartes en transformant les journalistes en porte-parole. 

Mais la parole du président, c’est de l’information autant que celle d’un syndicaliste. Après leur déjeuner, les participants informent leur public sur l’état d’esprit d’Emmanuel Macron – « Il ne croit pas à la victoire de l’irresponsabilité »,« Il tiendra ! » entendra-t-on en boucle.

Est-ce pour autant scandaleux ?

Les airs de déontologues outragés, laissons-les à Daniel Schneiderman (Libération, Arrêt sur Images) et Edwy Plenel (Mediapart). Ce dernier fustige un journalisme de gouvernement. Le journalisme de délation et d’inquisition ne vaut pas mieux. Pour ma part, je ne vais pas donner de leçons aux confrères. Si on avait été invités, on y serait allés. Ne serait-ce que pour en parler dans les dîners, comme s’en amuse Guy Carlier

Mais justement, on n’a pas été invités ! Le problème, c’est l’entre-soi, on reste entre gens du même monde qui parlent le même langage. Des gens du cercle de la Raison, comme l’excellent Alain Duhamel. Il y avait aussi son neveu, Benjamin, qui officie sur BFMTV, et tous les médias convenables, Le Monde, Les Échos, Le Figaro, France Inter… Si certains éditorialistes reprennent ensuite à leur compte (sans citation) des arguments présidentiels, ce n’est pas par servilité mais parce qu’ils pensent comme lui. Cela n’est d’ailleurs pas infamant. Évidemment, autour d’eux, ces gens ne doivent pas avoir beaucoup d’amis qui votent mal. Si le président avait invité des gens de Causeur, de Valeurs Aactuelles, ou de Sud Radio, il aurait pu aussi apprendre des choses. Patrick Roger, par exemple, vous auriez été le porte-parole de cette France des gens ordinaires qui vous parle tous les jours en appelant le standard de Sud Radio.

A ne pas manquer, notre numéro en kiosques actuellement: Causeur: Arrêtez d’emmerder les automobilistes!

Le véritable risque, c’est que ce déjeuner confidentiel alimente le moulin à fantasmes qui prête aux journalistes des calculs tortueux, des collusions cachées et des pouvoirs occultes. En réalité, c’est bien plus simple : cet épisode qui fait couler beaucoup d’encre est la preuve que l’élite politico-médiatique, ça existe.

Le problème, c’est qu’elle n’inspire plus confiance à grand-monde. 


Cette chronique a d’abord été diffusée sur Sud Radio

Retrouvez Elisabeth Lévy du lundi au jeudi après le journal de 8 heures, dans la matinale. 


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article TikTok: la jeunesse est un naufrage (Philippe Muray)
Next article Que faire des femmes de retour du califat et de leurs lionceaux?
Fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur. Journaliste, elle est chroniqueuse sur CNews, Sud Radio... Auparavant, Elisabeth Lévy a notamment collaboré à Marianne, au Figaro Magazine, à France Culture et aux émissions de télévision de Franz-Olivier Giesbert (France 2). Elle est l’auteur de plusieurs essais, dont le dernier "Les rien-pensants" (Cerf), est sorti en 2017.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération