Récit de voyage dans une péninsule coincée entre migrants du Sud et touristes du Nord.


« Le comble du déracinement ? Sur les Champs-Élysées, j’ai entendu un accordéoniste rom jouer du Diam’s ! » Il y a une dizaine d’années, en écoutant l’un des habitués de mon estaminet favori deviser ainsi, je me figurais mal l’ampleur du désastre à venir. L’époque n’était pas encore aux niqabs sur canapé. Nul n’avait prévu le ressac migratoire qui déferlerait sur l’Europe après la vague des printemps arabes, l’implosion de la Libye et de la Syrie, ou la banalisation des attentats djihadistes en Europe. Aujourd’hui, c’est presque une lapalissade : l’exil pour tous tient lieu de mal du siècle. J’en ai observé les symptômes durant mes vacances italiennes : migrants en vadrouille, touristes en surnombre et autochtones parfois excédés par un double sentiment d’invasion furent mon lot quotidien.

Merano (Trentin-Haut-Adige)

Début juillet, tout avait bien commencé au Sud-Tyrol, cette région italienne qui parle allemand et marche droit. Ses paysages alpin

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2017 - #49

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite