Le premier colloque des imams d’Europe contre la radicalisation a lieu entre le lundi 17 février et le jeudi 20 février à Paris. Une tribune de son organisateur, l’imam de Drancy Hassen Chalghoumi


Le renouveau de l’Islam viendra-t-il de l’Europe ? Confrontées à la double menace de l’influence islamiste et de la montée de l’islamophobie, les communautés musulmanes du vieux continent sont dos au mur. Cette situation délicate impose de mener une large introspection sur nous-mêmes : qu’est-ce qu’être musulman au XXIe siècle ? Comment proposer une troisième voie, entre un Islam parfois arc-bouté sur sa tradition jusqu’à l’extrême, et la sortie de toute spiritualité ?

Un appel à sortir du bois

Mais pour mener à bien cette renaissance intellectuelle et cette introspection, les différents représentants de la communauté musulmane doivent sortir du bois et s’engager. Afin de couper court aux spirales infernales de la radicalisation et de l’islamophobie qui se nourrissent mutuellement et de porter un Islam apaisé, nous ne pouvons pas nous payer le luxe de renvoyer uniquement dos à dos racisme antimusulman et islamisme.

Car dénoncer ne suffit plus, il faut combattre. Depuis de trop nombreuses années, nous avons pensé que si nous nous engagions davantage sur la place publique, nous risquions, une fois de plus, de braquer les projecteurs sur nos coreligionnaires qui ne souhaitent finalement que la discrétion et la paix. Nous avions tort.

A lire aussi: Mila: qui n’a dit mot consent

L’engagement citoyen est désormais un impératif, et nous devons répliquer point par point à ceux qui nuisent aux musulmans, qu’ils soient islamophobes ou islamistes. C’est le sens de notre rassemblement, les 16, 17 et 18 février prochains à Paris. Nous serons au total une cinquantaine d’imams, venus de toute l’Europe, pour débattre des meilleurs moyens pour lutter contre une radicalisation qui jette le discrédit sur toutes nos communautés.

Car les retours d’expériences, les savoir-faire et les défis varient d’un pays européen à l’autre. Ce regard croisé doit être la première richesse de ce colloque, une première en dehors du monde musulman. Trois jours de débats, de travaux et de réflexions nourris par la présence exceptionnelle d’intellectuels et de juristes, de représentants des autres religions et de personnalités politiques, comme Robert Badinter.

Au programme, une quinzaine de tables rondes et de prises de paroles sur le djihadisme, le terrorisme, la citoyenneté, l’intégration des musulmans et les textes sacrés. À l’issue de nos travaux, un livre blanc sera édité, première pierre pour bâtir une nouvelle relation entre l’Islam, les gouvernements européens et nos sociétés. Un colloque qui doit servir de congrès fondateur pour un nouvel Islam européen.

Ni victimes ni boucs émissaires

Enfin, s’engager, c’est aussi s’impliquer encore davantage auprès des victimes du terrorisme : après un hommage silencieux devant les portes du Bataclan, le colloque débutera en présence de nombreuses familles endeuillées par les attentats qui ont frappé la France en 2015. Un engagement clair, qui doit montrer concrètement la solidarité de la communauté musulmane à l’égard de toutes les victimes du terrorisme.

A lire aussi: “Séparatisme”, “communautarisme”… Et si on parlait simplement d’islamisme?

Refuser le discours victimaire et refuser de servir de bouc émissaire : porté par l’Institut pour un Islam de France, ce congrès doit permettre aux musulmans d’Europe d’échapper à la tenaille identitaire des uns et des autres en repoussant l’hydre islamiste qui gangrène parfois nos mosquées, tout en délégitimant le discours de haine porté contre nos communautés.

Il faut écrire une nouvelle page pour un Islam français et européen : nous nous en chargeons.

Lire la suite