Ni de droite ni de gauche, les « gilets jaunes » ont initié un mouvement social inédit parti du secteur privé. Cette coalition de petits salariés, de chefs d’entreprise, de retraités et de chômeurs précarisés constitue l’envers du bloc libéral macroniste. Et pourrait être au départ d’un populisme à la française.


Discuter de la mobilisation des « gilets jaunes » amène sans effort à la notion de populisme, que ce soit pour la qualifier ou la disqualifier. Comme ce terme est polysémique et la « révolte des ronds-points » difficile à réduire à une interprétation univoque, il y a matière à débats infinis. Avec toute la modestie qu’appelle la description d’un phénomène radicalement original, quelques éléments se dégagent cependant qui permettent d’imaginer comment de ce mouvement pourrait naître un véritable populisme français.

Plus macroniens que Macron

Écoutons d’abord celui qui a tant fait pour révéler la société française à elle-même, Emmanuel Macron. Sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, il s’en désolait le 14 novembre dernier, quelques jours avant l’

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2019 - Causeur #64

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite