En marge des manifestations, les actes antijuifs se sont multipliés. Mais si les gilets jaunes pratiquent une forme de violence insurrectionnelle, ils cèdent moins à l’antisémitisme qu’à son fourrier complotiste. Et sont la proie de tous les noyautages. Enquête.


Ça a débuté comme ça. Aux alentours de Noël, une vieille dame juive se fait insulter par des gilets jaunes adeptes de la quenelle puis des dieudonnistes éméchés chantent l’hymne de la quenelle devant Montmartre. Cinq semaines passent. Le 2 février, devant la synagogue de Strasbourg, des gilets jaunes crient « sales juifs », font des bras d’honneur, lancent des pétards et urinent sur le mur de l’édifice. Dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 février, la vitrine d’un magasin Bagelstein de l’île Saint-Louis est maculée de l’inscription « Juden » (« juifs », en allemand). Trois jours plus tard, on retrouve des boîtes aux lettres décorées de portraits de Simone Veil recouvertes de croix gammées en face de la mairie du 13e arrondissement. À Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), le tronc de l’arbre planté en mémoire d’Ilan Halimi a été scié. L’avant-veille, lors de l’acte XIV des gilets jaunes, une poignée de manifestants avait violemment invectivé Alain Finkielkraut : « Sioniste de merde ! », « La France, elle est à nous », « Rentre chez toi ! »

L’Allemagne atteint un pic d’antisémitisme 

Si l’académicien relativise les élucubrations de son principal agresseur salafiste à keffieh, sur le groupe Facebook « Je suis gilet jaune », les réactions sont mitigées. Parmi des milliers de membres, une grosse majorité dénonce un coup monté pour les discréditer. Certains condamnent l’antisémitisme. D’autres, un peu plus nombreux, attaquent bille en tête le supposé racisme et « l’islamophobie » de Finkielkraut.

Mettons les choses au point : les chiffres de l’antisémitisme n’ont pas attendu les premières manifestations des gilets jaunes pour bondir. Dès début novembre, le Premier ministre annonçait 69 % de hausse du nombre d’actes antisémites par rapport à l’année précédente, soit le retour à l’étiage de 2006. Depuis, un projet de loi contre la propagation des discours de

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2019 - Causeur #66

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite