Plaidoyer pour le vieux monde

Comme l’atteste la violente polémique déclenchée par le dernier tract des Républicains, les autorités morales de notre temps, ceux dont la parole compte, dans les médias, dans le monde politique et à l’Université, ne savent plus faire la différence entre « Pour que la France reste la France » et « La France aux Français ! » Ces deux expressions, à les en croire, sentent également le moisi. Or, elles n’ont pas du tout la même signification, et cette extension du domaine de la moisissure est à la fois ridicule et inquiétante. Dans un entretien que Causeur a publié le 20 juillet 2010, Renaud Camus a donné de la francité cette définition impeccable : « Deux éléments, affirmait-il, créent des Français et peuvent en créer encore : l’héritage, la naissance, l’ethnie, les ancêtres, l’appartenance héréditaire, et le désir, la volonté, l’élection particulière, l’amour d’une culture, d’une civilisation, d’une langue, d’une littérature, des mœurs, des paysages. » Il ajoutait : « On peut certes être français par la culture, par Montaigne, par Proust, par Manet, par la montagne Sainte-Victoire, par le pain, par le vin, par la langue, encore faut-il les connaître, les aimer, et d’abord les désirer. »

Les farouches nationalistes qui, dans la lignée de Maurras, scandent « La France aux Français ! », considèrent qu’on ne peut être français que par la naissance. Ils réservent jalousement la francité aux héritiers. Les autres, quelle que soit leur bonne volonté, sont recalés. Dem

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Ete 2018 - Causeur #59

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite