Quantcast
Home Édition Abonné Elisabeth Lévy: mes heures les plus sombres


Elisabeth Lévy: mes heures les plus sombres

J'ai un aveu à vous faire...

Elisabeth Lévy: mes heures les plus sombres
Elisabeth Lévy ©Hannah Assouline

Chers lecteurs, j’ai un aveu à vous faire… 


J’avais préféré effacer cet épisode encombrant de ma mémoire. C’est dire si je n’en suis pas fière. C’est l’amie Eugénie Bastié qui, fine mouche, en a déterré la trace dans un de ces vieux livres qu’elle affectionne. Le 13 avril, elle m’envoie un message goguenard, document à l’appui : « Tu étais sur une liste européenne avec Loiseau ? » N’ayant aucun souvenir de cette liste sur laquelle le document joint m’apprend pourtant que je figurais en position 72, je commence par répondre « non ». Puis, « ça me dit quelque chose ». L’affaire me sort de l’esprit. Ça doit être le déni. En attendant, ça ne me rajeunit pas mais je me félicite d’avoir grandi dans un monde où Twitter et Facebook n’existaient pas.

Fais comme Loiseau…

Dix jours plus tard, les échos assourdis de l’affaire Loiseau me parviennent à Belgrade où je me trouve pour le vingtième anniversaire du bombardement de l’OTAN sur la Radio-Télévision de Serbie – applaudi à l’époque par des journalistes du monde entier en dépit des 16 victimes. Les fouilleurs de poubelles de Mediapart ont encore frappé, pensé-je. Ce qui ne m’empêche pas de ricaner intérieurement et peu charitablement : voir ressurgir sa jeunesse droitarde quand votre seul projet politique consiste à terrasser l’extrême droite, il n’y a pas mort d’homme, mais c’est ballot. Je me dis aussi que, si Nathalie Loiseau avait été à l’UNEF, tout le monde trouverait cela charmant. C’est alors que me revient le message d’Eugénie. Sapristi, si ça se trouve, c’est sur cette liste de fachos que j’étais, moi aussi.

A lire aussi: Nathalie Loiseau et l’extrême droite: croix de bois, croix de fer, si je mens…

Je pense alors en me marrant que, si c’est le cas, il y en a qui vont se prendre le savon du siècle. Comment, Lévy a un passé d’extrême droite et on a laissé passer ça ? Ce n’est pas le genre de la maison Plenel. Et vérification faite, ce n’était pas la bonne liste. Au risque de décevoir mes ennemis et certains de mes amis, je n’ai jamais fricoté avec l’extrême droite, j’étais plutôt du genre antifa mou du genou. Pour le bien et contre le mal. Pas de quoi se vanter.

Un secret plus honteux encore

Pourtant, moi aussi j’ai une connerie de jeunesse à me reprocher, un secret plus honteux encore que celui de la tête de liste LREM. Non seulement j’avoue, mais je fais ici mon autocritique publique : j’ai été européiste. Pendant mes études à Sciences-Po, à l’époque où Nathalie Loiseau se présentait aux élections internes sur une liste proche du GUD, j’ai appartenu à une association d’étudiants européens, EGEE, dont le fondateur Frank Biancheri, aujourd’hui décédé, a largement contribué, paraît-il, à créer Erasmus. Notre plus grand titre de gloire est d’avoir organisé, à Amsterdam, un colloque « Pour une défense européenne », qui fut, dans mon souvenir, assez festif. Heureusement, notre appel (à la création d’une armée européenne) est resté lettre morte. Il faut croire que j’ai longtemps persisté dans l’erreur puisque, quelques années plus tard, en 1989, j’ai accepté de figurer sur la liste « Initiative pour une démocratie européenne » de Biancheri, pour l’élection du Parlement de Strasbourg, sur laquelle se trouvait également l’infortunée Loiseau. Qu’on se rassure, nos réalisations en termes de démocratie européenne n’ont guère été plus probantes.

Mieux vaut tard que jamais

Votre servante n’occupant aucune fonction élective ou institutionnelle, on voit mal pourquoi sa jeunesse intéresserait qui que ce soit. Encore qu’on ne sait pas jusqu’où peut aller la sollicitude de certains confrères quand il s’agit de traquer les mauvaises pensées passées, présentes et futures. Si j’avais vraiment, comme je l’ai cru un instant, figuré sur la liste qui vaut ses ennuis à Nathalie Loiseau, on aurait sans doute eu droit à une micro-affaire Lévy. On n’imagine pas un journal annonçant en manchette : « Lévy rattrapée par son passé : elle était européiste et de gauche ». Autant publier un article sur un train qui arrive à l’heure. Je pensais bien, c’est-à-dire que je ne pensais pas. Rétrospectivement, l’engagement de Nathalie Loiseau me semblerait plus estimable, en tout cas plus courageux, si elle osait l’assumer, au lieu de se confondre en excuses embarrassées. Seulement, depuis, elle est devenue convenable. Quant à moi, je regrette amèrement d’avoir attendu si longtemps pour mal tourner.

Les Rien-pensants

Price: 24,20 €

29 used & new available from 1,89 €

Mai 2019 - Causeur #68

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article André Comte-Sponville: “Je suis favorable à une laïcité non sectaire”
Next article Alain Delon, il dit qu’il vous emmerde
Fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur. Journaliste, elle est chroniqueuse sur CNews, Sud Radio... Auparavant, Elisabeth Lévy a notamment collaboré à Marianne, au Figaro Magazine, à France Culture et aux émissions de télévision de Franz-Olivier Giesbert (France 2). Elle est l’auteur de plusieurs essais, dont le dernier "Les rien-pensants" (Cerf), est sorti en 2017.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération