Le confinement séparé des conjoints et la distance sociale laissent au mâle blanc quinquagénaire et citadin le temps d’ouvrir les yeux sur sa condition.


 

Pour ne pas grossir les chiffres des violences conjugales, j’ai préféré être confiné sans ma femme. Dans certaines circonstances, deux logements modestes séparés valent mieux qu’un, spacieux et commun, et sont pour la survie des couples plus sûrs qu’un abri antiatomique. En même temps je me connais, je ne serais jamais allé porter plainte. Je ne me vois pas entrer dans un commissariat : « Ma femme se jette sur moi toutes griffes dehors quand je l’ai trop contrariée. » Je préfère ne pas, il me reste un peu de fierté. C’est d’ailleurs tout ce qui nous reste à nous autres hommes blancs vieillissants : vivre en silence nos maltraitances. On ne nous entend pas, alors qu’au premier écart ou aux premières négligences, on se retrouve divorcés, expulsés, en un mot répudiés et pire, rançonnés et condamnés à payer pour notre maison et pour notre ex-femme en perdant le droit de rentrer et dans l’une et dans l’autre.

Nous sommes tous des vieux mâles blancs

Puissions-nous longtemps ga

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2020 - Causeur #78

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite