Home Médias Cyril Hanouna, le dealer et le député


Cyril Hanouna, le dealer et le député

Tout sauf se moquer de Cyril Hanouna !

Cyril Hanouna, le dealer et le député
Capture d'écran C8

L’animateur de C8 Cyril Hanouna a invectivé un député de Marseille qui lui reprochait son choix de faire parler un dealer dans son émission.


Les quelques échanges que j’ai eus fortuitement ou non avec Cyril Hanouna ont toujours été sympathiques et chaleureux et, puisqu’il faut le préciser à son sujet, je le sais intelligent. Invité deux fois dans son émission, à dire vrai j’ai été heureux de l’annulation : je m’y serais senti mal à l’aise. Mais je prends au sérieux Cyril Hanouna et ne sors pas la dérision dès qu’il parle ou donne son opinion.

Un député LREM, Saïd Ahamada, l’a mis en cause parce qu’il avait invité un dealer dans son émission. Cyril Hanouna lui a répondu vertement, grossièrement et, plus gravement, sur un mode qui ne peut que favoriser un populisme politique qu’en général il dénonce. L’un de ses chroniqueurs est également un ex-dealer – “je n’avais pas le choix, j’étais en galère”, justification avec laquelle je suis en total désaccord – mais le député LREM, ciblant le dealer invité, a appelé les médias à la responsabilité et saisi le CSA sur ce point. Cyril Hanouna s’est autorisé notamment ces termes particulièrement insultants: “Ces mecs qui ne font rien, qui sont derrière leur bureau, qui prennent leur oseille de député et qui ne foutent rien de l’année, et ils viennent nous gonfler !”

Ces propos sont doublement condamnables

D’abord je peux comprendre cet élu qui est scandalisé par la présence d’un dealer dans une émission suivie par de nombreux téléspectateurs, notamment de la jeune génération. Donner une telle visibilité médiatique à un délinquant est offensant pour tous ceux qui se battent contre le fléau de la drogue. D’autant plus que ces derniers jours ont montré à quel point l’usage de drogue et le trafic induit de petite ou de vaste ampleur qui en résulte, sont à la source d’une part importante de la délinquance.

A lire aussi, Jean Messiha: Pourquoi je continuerai d’aller chez Cyril Hanouna

Cyril Hanouna affirme qu’il s’agit d’information. D’une part on peut douter du caractère nécessaire du témoignage d’un dealer alors que mille solutions honorables existent pour se renseigner sur ce sujet. Dans tous les cas, présenter ce dealer comme une personne ayant naturellement droit de cité dans une telle émission est une faute. Certes ce n’est pas la première fois que je remarque la propension de certains médias à être attirés, voire fascinés par la délinquance ou la criminalité, comme s’il convenait de projeter de la lumière sur ces malfaisances en offensant les victimes qu’elles ont engendrées.

Leçon d’immoralité

Le ton navrant dont Cyril Hanouna a usé représente une déplorable synthèse démagogique de tout ce qu’on charrie de pire sur la classe politique. C’est un ramassis d’inepties. Cyril Hanouna qui a parfois mené des combats estimables en étant hostile à tout ce qui favorisait une démocratie de mauvais aloi, une République indigne, se livre à un exercice qui contredit en l’occurrence ses bonnes intentions. Insulter ce député comme il l’a fait n’était pas décent et on peut regretter qu’ainsi il ait conforté ses adversaires dans leur appréciation négative. J’ai par exemple entendu dans les Vraies Voix de Sud Radio le 3 septembre des interventions lui reprochant de ne savoir faire que du buzz et jugeant donc inutile toute contradiction, ne croyant pas qu’on puisse lui faire entendre raison. Je pense l’inverse. Il ne faut rien lui passer précisément parce qu’il a du talent, de la gouaille et de la vivacité et que lui rappeler à la fois la politesse et la honte d’un dealer médiatique n’est pas inutile.

A lire aussi, Thomas Morales: Pascal Praud: élu phénomène télé de l’année

J’ai cru relever une étrange tendance qui ne cesse de s’amplifier : il faut avoir été ancien délinquant ou criminel pour informer sur la justice, communiste pour avoir le droit de vitupérer le communisme, curé pour dénigrer l’Église, salarié pour maudire l’entreprise, policier pour accabler les forces de l’ordre. On ne croit que ceux qui, au-dehors, sont prêts à maudire ce qu’ils ont quitté.

Il n’était pas nécessaire que ce dealer vienne donner des leçons d’immoralité. Le député LREM, une personnalité, elle, parfaitement honorable, a eu raison de s’indigner.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Les réacteurs nucléaires très sûrs et peu chers naîtront-ils en Chine ?
Next article Le candidat Zemmour sauvera-t-il les futurs débats TV?
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération