Le tandem Macron-Merkel promet des sommes faramineuses pour relancer l’économie européenne. Mais de la mutualisation des dettes à la relocalisation des industries clés, trop de questions restent dangereusement en suspens. 


Le couple franco-allemand n’est pas mort, il bouge encore.

L’annonce conjointe d’un plan de « relance » de 500 milliards d’euros par Emmanuel Macron et Angela Merkel, déjà qualifié d’accord du siècle par quelques journalistes en mal de sensationnalisme, a redonné corps à l’idée du tandem franco-allemand, qui avait été un thème central de la campagne de Jupiter en 2017. Depuis, les demandes réitérées de l’Élysée pour avancer plus loin et plus profondément dans l’intégration européenne se sont heurtées aux « nein » sereins de la Chancellerie de Berlin.

Mais voici que l’Allemagne vient à résipiscence, alors même que la Cour constitutionnelle de Karlsruhe vient, dans son arrêt du 5 mai, de réaffirmer son credo politique, la souveraineté allemande, et son credo économique, l’interdit qui frappe le financement monétaire des dettes publiques. Et quelques jours à peine après le refus opposé par l’Allemagne, les Pays-Bas, la Finlande et l’Autriche, autrement dit par l’Europe du Nord, aux appels au secours de l’Europe du Sud, soutenus par la France. L’Europe du Nord ne voulait pas des « coronabonds » émis dans le cadre d’un plan de soutien avec le bénéfice d’une mutualisation des dettes qui sous-entend que les pays solvables se portent garants des pays insolvables.

A lire aussi, Stéphane Germain: Hélicoptère monétaire: gare à l’atterrissage!

Macron et Merkel font à nouveau rouler les dés sur la table. Ils ont ainsi marqué leur préoccupation grandissante sur le sort de l’euro et de la « construction » européenne. Les chiffres disent que les économies s’effondrent et les perspectives d’un rétablissement sont reportées aux calendes grecques. Et ce, malgré les centaines de milliards de dettes nouvelles consenties par les États pour parer à l’urgence sanitaire, économique et sociale. Ils proposent une relance dotée de 500 milliards d’euros. Cependant, la mutualisation des dettes émises par les États pour constituer ce fond reste en débat.

© Soleil
© Soleil

Mon propos n’est pas de spéculer sur les motifs politiques qui ont conduit l’Allemagne à accepter le principe de ce plan. Qu’il s’agisse d’effacer l’affront fait aux pays du Sud, qui a traumatisé nos voisins, ou de voler au secours d’un président français affaibli par sa gestion de la crise sanitaire, qu’importe ! Que faut-il penser de ce plan ? Et d’abord, que faut-il penser des efforts coûteux consentis depuis l’entrée en scène du coronavirus ?

Une dette à l’état pur

Dans l’ensemble de l’espace européen, les États ont paré au plus pressé. Il s’agissait, ni plus ni moins, de faire face aux déficits supplémentaires creusés dans les comptes publics par la chute de la production, des revenus et des recettes fiscales et sociales, ainsi qu’aux dépenses sanitaires liées à la pandémie. Rien de « keynésien » dans cette politique entièrement contrainte par les circonstances. Une politique keynésienne passerait par des investissements dans les infrastructures, des incitations à l’investissement privé ou des allègements fiscaux ciblés sur les classes moyennes.

A lire aussi, Céline Pina: Pas de souveraineté économique sans indépendance énergétique

La mesure essentielle a consisté à financer l’indemnisation d’un chômage partiel de masse : il a concerné 12 millions de personnes, pour un coût estimé à 25 milliards d’euros par Bercy, mais à 58 milliards par la commission des finances de l’Assemblée. Cette mesure, inévitable, a eu deux effets : premièrement, elle a soutenu la consommation des chômeurs indemnisés et de leurs familles ; deuxièmement, elle a préservé d’innombrables unités de production qui auraient, sans elle, basculé dans le néant. O

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2020 – Causeur #80

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite