Alors que le parti Les Républicains aurait pu retrouver un certain courage politique par le biais de ses membres Julien Aubert et Guillaume Larrivé, c’est finalement Christian Jacob qui l’emporte très largement ce dimanche et devient ainsi le nouveau président du parti. Dont acte.


Il n’y aura finalement pas eu de révolte de la droite ce dimanche 13 octobre, du moins pas au sein du navire Les Républicains qui semble faire tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas éviter le naufrage. Entre le gaulliste et patriote Julien Aubert, et l’homme de la droite forte souhaitant lutter contre le « chaos migratoire » Guillaume Larrivé, le choix des Républicains s’est porté sur le « rassembleur » – et surtout très timoré ! – Christian Jacob.

A lire aussi: Julien Aubert (LR): «Le libre-échangisme a laminé les classes populaires»

Alors que les deux premiers avaient compris l’importance pour le parti de se rapprocher de l’électorat populaire et d’entamer un virage serré à droite afin de ne plus tomber dans le piège sempiternel tendu par les centristes qui tiennent idéologiquement le parti, Jacob n’a produit aucune idée nouvelle, aucune proposition de mesure phare et aucun sursaut idéologique permettant aux Républicains de proposer un projet véritablement alternatif et capable de rivaliser sérieusement avec celui du président Macron. Pour résumer, LR se retrouve dirigé par un énième chiraquien et apparaît comme un parti à bout de souffle qui n’en finit pas de se saborder.

Sacrifice sur l’autel du rassemblement

Des trois candidats, Christian Jacob était sans conteste le plus fédérateur. Il n’a eu aucune difficulté à l’emporter dès le premier tour avec une forte majorité des voix (environ 63%). Mais contrairement à ce que ceux qui l’ont élu imaginent, être fédérateur au sein d’un mouvement politique seul n’est pas forcément une qualité essentielle. C’est en tout cas pas suffisant dans le contexte actuel où les Français sont en quête de courage et d’audace, en particulier à la droite de l’échiquier politique. Si le parti LR ne réagit pas très vite à son absence totale de caractère et à la vacuité de son programme, il risque bien de disparaître du paysage façon PS.

Marion Maréchal: « L’alliance LR/RN est inévitable »

Les électeurs de droite toujours en quête de leur candidat?

Wauquiez et Bellamy sont hors-jeu.

Marion Maréchal déclare ne pas vouloir se présenter aux prochaines élections, Eric Zemmour et Patrick Buisson tergiversent et les autres personnalités de droite n’ont pas la carrure ou le poids politique requis.

Ne reste pour cet électorat orphelin qu’une bien peu crédible Marine Le Pen dont le président Macron se sert de garantie afin d’assurer sa réélection et la continuité de son projet pour cinq années supplémentaires. Ce lundi, la droite fait grise mine.

Lire la suite