Home Monde Caitlyn Jenner, une trans transphobe?


Caitlyn Jenner, une trans transphobe?

Caitlyn Jenner, une trans transphobe?
Caitlyn Jenner, candidate au poste de gouverneur de Californie, Los Angeles, avril 2021 © gotpap/STAR MAX/IPx/AP/SIPA Numéro de reportage : AP22555821_000008

L’ancien sportif, qui a changé de sexe, a osé affirmer que les hommes devenus femmes ne devraient pas participer à des compétitions sportives contre d’autres femmes. Une déclaration scandaleuse pour certains militants LGBT, alors qu’il se présente au poste de gouverneur en Californie.


La planète intersectionnelle est en ébullition ! La tectonique des plaques des revendications féministes et des minorités transgenres est toujours intéressante à observer.

Concernant la participation de transsexuels, nés de sexe masculin, aux compétitions sportives féminines, la déclaration de Caitlyn Jenner révèle en tout cas l’illusion d’une lutte commune.

Une question d’équité

L’ancien athlète olympique, beau-papa de la starlette Kim Kardashian, devenu transgenre en 2015, vient d’exprimer son opposition en expliquant que c’était « une question d’équité ».

Elle répondait alors à un journaliste qui l’interrogeait sur les législations anti transgenres adoptées dans plusieurs États républicains depuis le début de l’année, comme l’Arkansas où les athlètes transgenres ne peuvent pas intégrer des équipes sportives féminines. Une douzaine de projets de loi allant dans le même sens sont en ce moment en élaboration dans les États républicains.

À lire aussi: États-Unis: les femmes transgenres vont-elles être autorisées à concourir dans les compétitions féminines?

C’est la contre-attaque du camp conservateur à la politique pro-diversité affichée par Joe Biden. Le premier jour de son investiture, le président américain incitait les écoles de tout le pays à faire participer les athlètes transgenres aux compétitions sportives, afin de « prévenir et combattre les discriminations liées au genre ». Biden avait également nommé début janvier une pédiatre transgenre comme ministre adjointe de la santé, devenue ainsi la première responsable fédérale transgenre. Face à ces actes symboliques qui ont placé le début du mandat de Joe Biden sous le magistère de la lutte contre les discriminations LGBTQ, les républicains opposent une riposte législative qui met donc en avant le principe d’équité entre les hommes et les femmes, finalement bafoué par le droit des minorités sexuelles. C’est exactement l’argument donné par Caitlyn Jenner.

Caitlyn Jenner futur gouverneur de Californie ?

La polémique bat son plein alors que la campagne électorale pour renouveler les postes de gouverneurs de certains Etats est lancée. C’est le cas en Californie, où Caitlyn Jenner se présente justement face au démocrate Gavin Newsom, mis en difficulté par sa mauvaise gestion de la crise sanitaire.

Caitlyn Jenner n’est pas n’importe quelle républicaine. Elle est celle qui fut célébrée icône trans par tout le gratin progressiste, faisant la une de Vanity Fair ou du magazine Glamour, lequel lui décernait le titre de « femme de l’année » à l’époque de sa transformation. Après ses récents propos, les réactions indignées de militants de la communauté LGBTQ ne se sont pas fait attendre. Comment une trans peut-elle à ce point être transphobe ? Interdit de rire !

Caitlyn Jenner est conservatrice et partisane du maintien de l’ordre. En témoigne sa dernière interview télévisée sur le plateau de Fox News, où elle a critiqué vertement l’angélisme pénal de l’actuel gouverneur, lequel parle de libérer des prisonniers dont certains ont commis des crimes violents.

À lire aussi, Jean-Paul Brighelli: Vous qui votez à droite, laissez-moi vous expliquer l’intersectionnalité…

Changer de sexe n’induit pas automatiquement un changement d’idées politiques. Être une des lettres de l’acronyme à rallonge LGBTQ n’implique pas nécessairement d’épouser les revendications portées par chacune de ces communautés ! En s’opposant à la participation de transsexuels aux compétitions sportives féminines, Caitlyn Jenner se rappelle très certainement qu’avant d’avoir une poitrine généreuse et d’enfiler robes moulantes et Louboutin hauts perchées, elle s’appelait Bruce Jenner, avait du poil sur le torse, des muscles d’acier et de la testostérone à revendre. Ayant raflé trois records du monde au décathlon en 1975-1976, elle s’y connaît en sport et sait pertinemment que l’avantage physique des hommes sur les femmes persiste malgré le changement de sexe. En dépit des traitements hormonaux, les transsexuels conservent ainsi une densité osseuse et une masse musculaire plus importante. Dans cette grande « cage aux phobes » – comme disait Philippe Muray – qu’est devenu le monde politico-médiatique progressiste américain, peuplée de bourreaux et de victimes, on est décidément tous le phobe de quelqu’un !


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Mort d’Éric Masson: la police française n’est plus confrontée à une criminalité usuelle
Next article Jean-Michel Blanquer: l’écriture inclusive, c’est exclu!

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération