Home Édition Abonné Bruno Retailleau: “Il faut construire une confédération de la droite et du centre”


Bruno Retailleau: “Il faut construire une confédération de la droite et du centre”

Propos recueillis par Elisabeth Lévy

Bruno Retailleau: “Il faut construire une confédération de la droite et du centre”
Bruno Retailleau à Nantes en 2017 © SEBASTIEN SALOM-GOMIS / SIPA Numéro de reportage : 00799882_000018

Le chef du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau analyse les causes de la débâcle LR aux européennes. Faute de réflexion de fond, la droite s’est réfugiée dans l’opportunisme. Tout est à reconstruire… sans s’allier au RN.


 

Causeur. Laurent Wauquiez est-il le responsable de la défaite ou un bouc émissaire facile ?

Bruno Retailleau. Laurent Wauquiez a pris ses responsabilités, mais on ne saurait évidemment le tenir pour seul responsable de la situation dans laquelle se trouve la droite aujourd’hui. Plus qu’un échec individuel, c’est une défaite collective, celle d’une droite qui n’a pas eu l’humilité de reconnaître ses erreurs ni la volonté de refonder son socle d’idées. 

Comment expliquez-vous cette raclée électorale ?

Il y a une cause exogène, qui est qu’Emmanuel Macron est parvenu à installer un duel entre La République en marche et le Rassemblement national, désherbant l’espace entre ces deux pôles. Du coup, 700 000 voix sont parties chez RN et un million à LREM. La cause endogène, c’est que nous n’avons pas tiré les leçons de nos échecs. Qu’avons-nous fait de 2018, la seule année sans échéance électorale ? Rien ! Pendant des décennies, la droite, paralysée par l’hégémonie idéologique, médiatique, culturelle et politique de la gauche, s’est réfugiée dans un pragmatisme qui est souvent l’autre nom de l’opportunisme. Pire encore, cela a souvent réduit la droite à un simple économisme, la conduisant à déserter le terrain des idées. Et, quand il n’y a plus de débat d’idées, il ne reste que la querelle des ego.

A lire : Macron, vrai vainqueur des Européennes

Mais les idées ne fabriquent pas de voitures, enfin pas directement. Et elles ne paient pas d’impôts.

Le projet pour la France auquel je crois s’appuie sur deux exigences. La première, c’est la liberté. Nous devons en finir avec la manie française du « fiscalisme » en affrontant la machinerie bureaucratique qui taxe, qui réglemente et qui subventionne. La deuxième, c’est l’identité, qui va de pair avec la souveraineté. La mondialisation met au défi chaque identité nationale et chaque mode de vie. Or, les Français sont attachés à leur culture, à tout ce qui fait d’eux un peuple et non un simple agrégat d’individus. Face à ces questions, la droite est plurielle et elle l’a toujours été : il y a une tendance plus étatiste, une autre plus libérale et une autre plus conservatrice. Soit on refuse cette diversité et on se divise, soit on assume cette diversité et on l’organise.

Pardon, mais c’est un slogan ! En réalité, vous voulez encore marier des carpes et des lapins !

Je ne m’adresse pas aux appareils, mais aux Français. Le primaire a montré qu’un projet qui conjugue la liberté pour les entreprises, l’école ou les territoires, qui tient à l’autorité régalienne de l’État et qui ne cède rien au communautarisme peut rassembler beaucoup de Français. Certains mettent plus en avant la liberté d’entreprendre, d’autres la sécurité, d’autres veulent que l’on préserve leurs repères culturels. Tout cela forme un tout. C’est quand la droite assume la totalité de son être qu’elle peut enjamber cette diversité pour rassembler.

Ce qui vous condamne à être le parti de la bourgeoisie !

Non. Le ras-le-bol fiscal et le mal-être culturel sont des préoccupations partagées par une grande majorité de Français ! Par ailleurs, je suis pour une droite qui défende la solidarité nationale, stoppe le détricotage de la politique familiale, assume un discours de vérité sur les retraites – car modifier l’âge de départ est le seul moyen d’augmenter toutes les petites retraites !

Le temps des partis de masse est derrière nous.

Reste que la stratégie de l’union version UMP vous a menés au risque de disparition.

Il ne s’agit plus de cela. Un « Épinay de la droite » serait une impasse : nous ne reviendrons pas à une maison commune, car le temps des partis de masse est derrière nous. Il faut parvenir à organiser, à partir de différents mouvements, une confédération de la droite et du centre.

Certes, mais sur quel socle idéologique ? Vous ne pouvez pas être en même temps européiste et souverainiste !

La question européenne pèse moins, puisque plus personne n’est vraiment fédéraliste, et personne, même dans les partis dits « populistes », ne souhaite non plus que l’Europe se disloque. On attend de l’Europe qu’elle nous protège économiquement et culturellement.

Vous risquez d’attendre longtemps. Par ailleurs, vos électeurs aisés se gargarisent de valeurs, mais ont voté avec leur portefeuille… Et vous continuez à vouloir gouverner pour eux. Pensez-vous séduire les classes populaires avec vos réductions du nombre de fonctionnaires ?

Nous devons répondre à la désespérance de nombreux Français. Pour Tocqueville, la démocratie repose sur une vaste classe moyenne, consolidée par un ciment qui est le sentiment de ressemblance. Or, depuis 2008, la France a détruit quantité d’emplois intermédiaires pour devenir le marché du travail le plus polarisé : d’un côté, des cols blancs et des ingénieurs bien payés, de l’autre des emplois de service mal payés, et pas grand-chose entre les deux. C’est aussi un effet de la globalisation sans frein. La bonne stratégie au niveau européen est la protection à l’extérieur et la liberté à l’intérieur. La droite aujourd’hui doit s’adresser à tous les Français, quelle que soit leur condition sociale.

N’est-ce pas ce qu’a fait Macron en 2017 ?

Au contraire, Macron a pulvérisé le clivage droite-gauche pour le remplacer par un clivage autrement plus brutal et dangereux entre le bas et le haut. Le clivage droite-gauche était porteur d’une conflictualité que l’espace démocratique permettait de régler dans la civilité et le cadre institutionnel. En revanche, la confrontation entre les gens du haut et du bas, c’est la rue ! De même, regardons les résultats : 80 % des Français ont boudé la liste du président de la République. En réalité, Emmanuel Macron a beaucoup plus divisé qu’il n’a rassemblé.

A lire aussi : Au revoir la droite…

Comment recréer des liens entre le haut et le bas de la société, qui ne vivent plus dans le même monde ?

Le travail doit payer plus que les revenus d’assistance et permettre à une famille modeste de bénéficier de l’ascenseur social. Il faut désormais six générations pour qu’une famille modeste devienne une famille moyenne, deux fois plus que pendant les Trente Glorieuses ! Un autre facteur de cohésion tient au pouvoir régalien : la protection que les gens d’en haut devaient aux gens d’en bas. Il ne peut y avoir d’égalité républicaine sans autorité de l’État. Enfin, il y a nos repères civilisationnels. Quand la flèche de Notre-Dame-de-Paris s’est embrasée, l’émotion collective qui a touché tous les Français nous a fait prendre conscience que nous étions un seul peuple, parce que nos racines sont communes et que nous vibrons ensemble.

Si j’entends bien votre petite musique, ce n’est pas du côté du centre que la droite doit se tourner, mais plutôt de l’autre côté, en suivant la porosité des électorats LR-RN…

Le RN n’est pas la solution. Ni pour la droite ni pour la France. Soyons nous-mêmes, tout simplement. Ne nous définissons pas par rapport à tel ou tel. Le Rassemblement national a trop longtemps prospéré sur nos insuffisances.

Et il continue à vous piquer des électeurs !

Oui, parce que c’est un parti attrape-tout qui se saisit des colères sans avoir de doctrine ! Il veut la proportionnelle pour mettre le désordre institutionnel. Il veut la retraite à 60 ans, qui appauvrira les Français… C’est de la démagogie.

Refondation

Price: 20,00 €

27 used & new available from 3,79 €

Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article LR: pas un jour sans une (nouvelle) ligne
Next article Alain Finkielkraut: “Le parti du déni me traite de réac!”
Fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur. Journaliste, elle est chroniqueuse sur CNews, Sud Radio... Auparavant, Elisabeth Lévy a notamment collaboré à Marianne, au Figaro Magazine, à France Culture et aux émissions de télévision de Franz-Olivier Giesbert (France 2). Elle est l’auteur de plusieurs essais, dont le dernier "Les rien-pensants" (Cerf), est sorti en 2017.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération