Anne Hidalgo projette de sacrifier la dernière grande réserve historique et foncière de la Capitale avec la complicité de ses alliés Verts…


Le projet de Bercy-Charenton est la dernière grande réserve foncière de Paris. Ce territoire, témoin de l’histoire de Paris, certes complexe à traiter en raison de la présence de voies ferrées, sera, avant longtemps, le dernier grand aménagement où les élus pourront dessiner un quartier de demain sur les fondements de notre patrimoine et traduire de façon concrète leur vision et leurs engagements en termes d’urbanisme, de logement, d’écologie, de rééquilibrage économique en lien avec les villes voisines.

Alors que Madame Hidalgo, qui se prétend le chantre de l’écologie, verdit sa communication à coup d’images de synthèse, de “forêts urbaines”, alliant tous les dégradés de verts possibles, nous aurions pu attendre un projet exemplaire en termes de respect de l’environnement et de qualité de vie pour les habitants du quartier et les futurs résidents.

Or, la Maire de Paris porte un projet à rebours du bon sens et du plan Climat : la création d’un quartier enclavé de 4000 logements – majoritairement sociaux – entassés dans six tours dont la plus haute culmine à 180 mètres, coincé entre l’autoroute A4, le boulevard périphérique, l’échangeur de Bercy et les voies de chemin de fer laissées à l’air libre.

Anne Hidalgo fait de Bercy-Charenton une nouvelle “Cité des 4000” parisienne

Faut-il rappeler que ce projet fortement contesté par les Parisiens lors de l’enquête publique a été voté à cinq voix près au Conseil de Paris, sauvé in extremis par les groupes macronistes ?

Faut-il rappeler que partout on dynamite les tours et les barres tant elles se sont révélées avoir des conséquences néfastes dans tous les domaines ?

Faut-il rappeler que les tours et les barres ont toujours été des échecs sociaux, sécuritaires et économiques dont les premières victimes sont ceux qui y habitent ? Après ce que nous venons de vivre, n’est-il pas encore plus déraisonnable d’empiler des logements dans des tours ?

Depuis le début, nous proposons, avec constance et détermination, un autre choix : un urbanisme innovant avec des immeubles HQE à taille humaine, qui privilégie les espaces verts et espaces de respiration. Depuis le début, nous proposons un projet fer de lance de ce que nous voulons pour l’Est parisien autour de l’économie verte, de l’agriculture urbaine et de la relocalisation d’activités d’artisanat, de gastronomie et de divertissement. En résumé, tout le contraire du projet défendu par le duo bétonneur incarné par Anne Hidalgo et son premier adjoint Emmanuel Grégoire.

Aujourd’hui la ville n’est plus pensée pour le bien-être de ses habitants mais pour aligner des chiffres de création de logements sociaux

La Mairie de Paris entasse les gens les uns sur les autres sans que suive la création d’espaces de respiration, ni d’équipements publics. Rien ne semble ébranler le dogmatisme de l’actuelle municipalité et de ses alliés: ni la sécheresse de plus en plus vive chaque été, ni la crise sanitaire que nous traversons.

Le projet de Bercy-Charenton n’est pas seulement une illustration du décalage entre les paroles et les actes mais c’est aussi hélas un projet qui compromet l’avenir de tout un quartier et même de l’Est Parisien.

Les habitants des rues voisines continueront de voir passer les trains depuis leur salon, et ceux des pâtés de maisons avoisinants de souffrir du bruit qu’ils génèrent. Ils les verront demain, mais aussi après-demain, puisque les choix urbains de Mme Hidalgo sont tous irréversibles et empêcheront d’avoir une véritable ambition pour ce quartier.

L’avenir des tunnels Baron Le Roy – héritage napoléonien au potentiel considérable et aux propriétés écologiques – est incertain depuis plusieurs années en raison des errements de l’équipe municipale divisée. C’est si vrai qu’Anne Hidalgo a toujours souhaité démolir la Halle Freyssinet dans le 13e arrondissement qui gênait ses ambitions de bétonnage. À l’époque, cela avait soulevé le tollé de plusieurs architectes et de la Commission du Vieux Paris. Un tollé entendu, puisque le Préfet lui-même était intervenu pour empêcher que soit accordé le permis de démolir.

Chers Parisiens, ne vous laissez pas berner par les postures des Verts parisiens!

Anne Hidalgo et Emmanuel Grégoire sont incapables d’apprécier le potentiel de la dernière grande réserve historique et foncière de la Capitale. Ils s’apprêtent à commettre une nouvelle erreur, il est temps de laisser la place à une équipe qui porte un projet opérationnel et respectueux, qui saura répondre aux défis de l’avenir tout en préservant et valorisant notre patrimoine.

À chaque élection, les Verts sont habiles à faire croire qu’ils ont « obtenu des garanties »… Mais la seule avancée qu’ils décrochent en réalité ce sont des sièges au Conseil de Paris pour ensuite cautionner coupablement pendant six ans les projets de densification de la maire actuelle, affichant une offuscation de façade qui ne trompe qu’eux.

En nous mobilisant le 28 juin, nous nous offrons l’opportunité de mettre fin à ce jeu de dupes et le pouvoir de repenser ensemble un beau projet à visage humain pour Bercy-Charenton. Pour ceux qui y habitent. Et pour tous les Parisiens.

Lire la suite