Pour les « Fêtes », qui s’annonçaient particulièrement sinistres, comment échapper d’un coup d’aile au couvre-feu et à la fermeture de tout, sans parler du froid et de la pluie ? Une seule adresse : les Antilles françaises. Je m’étonne même de ne pas t’y avoir croisé.


BAD MOON RISING

Mardi 15 décembre

18 heures : Arrivée à Fort-de-France. Ça commence mal. Au guichet de Thrifty, j’apprends que ma réservation de voiture du 13 juin a été annulée, sans préavis ni mobile apparent. Surtout, rester calme.

C’est le moment que choisit notre hôtesse pour « prévenir », tandis que le soleil se couche : pas d’électricité cette nuit dans notre location. EDF devait passer aujourd’hui, finalement ce sera demain. « Mais ne vous inquiétez pas, rassure-t-elle gaiement, il y a des bougies dans les tiroirs. » Allons tant mieux ! Les voisins d’en dessous, eux, ont dans leur jardin un superbe arbre de Noël clignotant, mais la jalousie est un vilain défaut.

Après enquête approfondie, à la lumière d’un smartphone, il s’avère qu’il n’y a pas plus de bougies que de beurre en broche. Respirer à fond, boire un coup…

Enfin vers 22 heures, voici les bougies tant attendues, et même deux torches en sus. C’est Byzance ! Enfin on va pouvoir dîner froid, se doucher glacé et faire son lit comme on se couche : mal et, en ce qui me concerne, moins fatigué qu’énervé. J’ai dû pour m’endormir écouter France Info. (Tiens, un alexandrin !)

Le lendemain, M. EDF me livre son diagnostic : « C’est tout le système électrique qu’il faut changer ! » Je promets de transmettre.

Pas trace non plus de la wifi prévue dans le contrat. C’est embêtant pour ma chronique, sans parler de Netflix et Snapchat.

NOËL ET LE MIRACLE DU SACRISTAIN

Jeudi 24 décembre

Après la série noire des premiers jours, beau fixe. Le seul incident notable relève de mon inconduite automobile.

Ma fille et moi étions allés en ville, dans une sainte intention : vérifier les horaires de la messe de Nwel à Notre-Dame de Sainte-Anne. Pendant qu’elle allait se renseigner, je tentai en vain de me garer sur la place, avant de monter la rue à droite de l’église, ornée d’un panneau « Parking » ; autant dire que je suis tombé dedans. Au total, 12 places en épi, toutes occupées bien sûr (la chorale répète), et au-delà un cul-de-sac.

Infichu de faire demi-tour, me voilà bloqué en travers de la rue, entre des maisons en dur et une pente fatale. Plus j’essaie d’avancer, plus la bagnole recule. Je sors de la voiture avant de faire l’ultime connerie – mais sans m’en éloigner quand même ; j’ai vu Christine.

C’est ma fille qui me trouvera de l’aide, en la personne du sacristain : le saint homme dégage

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2021 – Causeur #87

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite