Des financiers de haut vol préparent une opération inédite : verser chaque mois une somme fixe sortie des caisses de la banque centrale à tout titulaire d’un compte bancaire. Cette mesure qui rappelle le revenu universel de Benoît Hamon est censée combler les lacunes des politiques de relance. Elle annonce la fin du travail dans la zone euro.


L’histoire des quatre siècles du capitalisme se confond avec celle de ses innovations économiques et sociales. L’histoire des quarante années de néolibéralisme, c’est celle de ses innovations juridiques, monétaires et financières.

Les niais que nous sommes tous, plus ou moins, ont pu penser que la capacité d’innovation des financiers avait été épuisée après l’épisode surréaliste du quantitative easing (QE), où, sans crier gare, les banques centrales américaine, britannique, européenne, japonaise, suédoise et suisse ont racheté des masses d’emprunts publics et privés en contrepartie de monnaie nouvelle. Et, comme cette politique revient à l’ordre du jour, à Francfort, et sans doute bientôt à Washington, on pourrait penser qu’elle constitue l’alpha et l’oméga de la politique

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2019 - Causeur #72

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite