Dans Le Livre des indésirés: une histoire des Arabes en France, Antoine Menusier se penche sur les difficultés de l’intégration. Avec une empathie palpable, il fait parler ces enfants d’immigrés dont certains ont choisi la République et d’autres la voie d’un islam séparatiste. 


On pourrait dire qu’il est dense, évoquer l’ambition encyclopédique qu’il n’est pas loin d’atteindre. Mais l’ouvrage d’Antoine Menusier, Le Livre des indésirés : une histoire des Arabes en France (Cerf, 2019), est d’abord une affaire passionnelle, témoignant de l’emprise que son sujet exerce sur l’auteur, comme sur nombre de journalistes, intellectuels, militants associatifs ou citoyens lambda préoccupés par ce qu’on appelle pudiquement « événements » quand il s’agit d’évoquer, à intervalles de plus en plus réguliers, émeutes de banlieues, bavures policières, agressions intercommunautaires ou prêches particulièrement virulents de prédicateurs islamistes dont un large public aura eu connaissance. « Je me suis intéressé à cette histoire, précisément parce qu’elle est obsédante et toujours devant nous comme un secret de famille ou la goutte qui pend au nez », lit-on dans l’avant-propos de l’épais volume.

« « Arabes », un terme chargé d’affect »

Ce n’est pas la quête des origines qui a conduit Antoine Menusier, un Blanc, Français de souche, ayant grandi, étudié et travaillé en Suisse – qu’on nous pardonne cette présentation ethnicisée –, à succomber à l’attraction fatale de la question arabe en France, ou plutôt à la question « des “Arabes”, un terme chargé d’affect », remarque-t-il. On le sent bien dans son écriture, dans l’émotion qu’elle dégage, dans l’empathie à l’égard de ses protagonistes qu’il dépeint à la façon d’un romancier, sans jamais travestir leurs destins ou propos par ses propres projections et attentes. En avait-il ? Probablement, si on veut bien reconnaître que les populations arabe et blanche vivent séparées, situation qualifiée d’« apartheid » par l’ancien Premier ministre Manuel Valls après les attentats de 2015.

« Le refus des hommes de la France insoumise d’entrer cravatés à l’Assemblée nationale avait quelque chose d’absurde. »

Placé, pour ne pas dire parachuté, à la tête du Bondy Blog entre 2007 et 2011, Antoine Menusier affirme n’avoir jamais entendu « le moindre mot hostile à la France ». Qu’on ne se trompe pas sur l’essentiel pour autant. Son regard posé sur la communauté musulmane et ses mutations n’a rien d’irénique. Le Bondy Blog, un site crée par des Suisses dans l’immédiat de l’après-émeutes de 2005, différait de ce qu’il est devenu par la suite et privilégiait à ses débuts une approche autodescriptive de la banlieue : « L’image renvoyée n’était pas toujours valorisante, mais le but était de se situer au plus près à la fois de la réalité et de la subjectivit

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2019 - Causeur #66

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite