Créée en 2008, La Fondation pour l’école est reconnue d’utilité publique et vient en aide au secteur des écoles hors contrat. Anne Coffinier revient sur son départ, ses projets et explique en quoi les écoles hors contrat sont bénéfiques au pays.



Gil Mihaely. Madame Coffinier, vous êtes un pur « produit » de l’école publique française : du primaire à l’Ecole normale supérieure d’Ulm et jusqu’à l’ENA, c’est l’école de la République qui vous a formée.  Pourtant, vous avez abandonné il y a 14 ans une carrière de diplomate pour vous consacrer, à travers la Fondation pour l’école, au développement d’un système scolaire parallèle d’écoles indépendantes. Que reprochez-vous à la main qui vous a si généreusement nourrie ?

Anne Coffinier. Ma fidélité va aux enfants et à la France, non à quelque institution scolaire particulière, qu’elle soit publique ou privée. C’est parce que je crois que l’essor des écoles entièrement libres est la meilleure chance de réformer et de sauver le système éducatif dans son ensemble que je me suis investie corps et âme en faveur de la liberté scolaire. Et certainement pas par une quelconque hostilité de principe à l’école publique, à laquelle je dois beaucoup, mais qui n’a aucun droit à régner de façon monopolistique sur la formation de la jeunesse. L’éducation n’est pas une des compétences régaliennes de l’Etat et la société civile a toute sa légitimité.

A lire aussi, Ingrid Riocreux: L’inintelligence de la main

Notre pays a besoin de diversité pédagogique. Parce que 4O% des enfants sont en échec scolaire dès le CM2, et qu’il faut donc trouver des solutions éducatives qui leur conviennent mieux. Et parce que la liberté d’enseignement est une nécessité politique pour prévenir les dérives totalitaires et faire vivre notre Etat de droit. Condorcet avait bien expliqué dès 1792 que la République ne saurait avoir d’école publique de qualité si elle n’acceptait pas la concurrence stimulante d’un secteur éducatif libre. Il faut lire Catherine Kintzler à ce sujet. 

Quelles étaient vos ambitions au moment de lancer la Fondation ?

Apporter une réponse à la souffrance de tous ces enfants gâchés dans des écoles publiques ou privées par des approches éducatives qui ne leur conviennent pas. Il faut inventer d’autres formes d’écoles pour accompagner la réussite de chaque enfant, des formes propres à notre époque alliant intelligemment tradition et modernité, transmission du patrimoine et innovation pour exceller non dans un monde regretté mais dans le monde tel qu’il est. La dimension anti-totalitaire est également très forte dans mon engagement, à la suite d’Hannah Arendt et de Simone Weil. La liberté d’enseignement est le corollaire indispensable des libertés de conscience et d’opinion, pour ne citer qu’elles. Et l’Education nationale s’est trop détournée de la transmission du génie de l’Occident, or selon Hannah Arendt, si elle n’est pas un conservateur et un passeur de civilisation, l’école n’a plus d’école que le nom.

Relire: «Espérance banlieues tourne le dos à ce pour quoi elle a été créée»

La diversité pédagogique, qui passe par le développement d’un secteur d’écoles vraiment libres et de qualité, est une nécessité politique pour la France du XXIème siècle, qui va devoir trouver en elles les ressorts d’une stratégie gagnante dans le contexte de la mondialisation exacerbée, du transhumanisme, de la révolution numérique, riche d’autant d’opportunités d’apprentissage inouïes que de menaces sans précédent pour l’enfance et pour les libertés.

Quel bilan tirez-vous de votre expérience ? Est-ce que le fait qu’aujourd’hui vous quittez la fondation pour créer une nouvelle structure est un constat d’échec ?    

Par mon engagement de plus de 10 ans à la tête de la Fondation pour l’école et de l’association “Créer son école”, je crois avoir contribué à accomplir beaucoup de choses utiles : faciliter l’ouverture de toujours plus d’écoles indépendantes ; former et encourager les enseignants et éducateurs pour garantir une meilleure qualité de l’enseignement ; faciliter la production de manuels scolaires de qualité ; défendre sans relâche auprès des pouvoirs publics les droits des écoles indépendantes et des élèves ; mieux faire comprendre dans le débat l’utilité publique d’un secteur vraiment libre. C’est un bon bilan.  Aujourd’hui, puisque je n’ai pas d’autre choix, je vais fonder une autre initiative pour la liberté scolaire, à côté ou à la place de la Fondation pour l’école, parce que je ne peux pas abandonner les écoles et les enfants, et parce qu’il serait absurde de ne pas capitaliser sur toute cette expérience.  

A lire aussi, Gil Mihaely: L’abandon de la « culture générale » au concours de l’ENA néfaste

Pourquoi vous êtes-vous sentie obligée de quitter la fondation que vous avez créée ?

Que ce soit clair, si je pars de la Fondation pour l’école, c’est contre mon gré. Je me suis opposée, ainsi que la moitié du Comité d’Administration, à des dévoiements de stratégie irresponsables au sujet d’Espérance banlieues et de graves dysfonctionnements et illégalités, notamment dans le domaine fiscal. J’ai été « lanceur d’alerte » avec tous les risques que cela représente. Je subis la basse vengeance aujourd’hui de ceux qui se préoccupent plus de faire perdurer leurs petits commerces à travers la Fondation pour l’école que du bien des écoles libres.  

A lire aussi: Pourquoi mes étudiants en droit sont si nuls

Il est évident que si les administrateurs de la Fondation pour l’école se comportent d’une manière illégale ou gravement imprudente, ils réduisent à zéro les chances de la Fondation de continuer à être un bouclier protecteur pour les écoles indépendantes et un avocat respecté de la liberté scolaire.  Pour être libres, il ne faut pas donner aux adversaires des verges pour se faire battre. A mon sens, pour toutes ces raisons, la Fondation pour l’école a perdu sa capacité à défendre les écoles indépendantes et à faire remporter des victoires à la liberté scolaire. J’aurais fait tout ce qui est en mon pouvoir pour sortir la Fondation pour l’école de cette ornière. Un certain nombre d’administrateurs et de permanents de l’équipe aussi. En vain. Il faut fonder aujourd’hui autre chose, a minima pour porter le lobbying en faveur de la liberté scolaire.

En quoi la nouvelle structure va être différente de celle que vous venez de quitter ? Qu’avez-vous appris de l’expérience de la Fondation pour l’école ?

Je vais faire une conférence de presse à la fin octobre pour présenter la nouvelle initiative en faveur de la liberté scolaire. Je prépare actuellement sans précipitation cette refondation, avec les nombreuses personnes qui m’ont proposé leur collaboration. Il sera possible de se tenir au courant sur www.educfrance.org  ou de me contacter à anne@educfrance.org . 

Catholique pratiquante, votre activité en faveur d’une offre scolaire alternative n’est-elle pas une manière de contourner la neutralité de l’école en matière de religion ?  

J’ai veillé au développement d’écoles indépendantes variées par leur pédagogie et leur spiritualité, conformément au choix des familles, et n’ai pas réservé mon énergie aux seules écoles catholiques. En fait, je me suis laissé saisir par le Christ lorsque j’étais à l’ENA. Comme quoi, ça mène à tout… J’ai essayé de Le suivre comme j’ai pu. Catholique voulant dire universel, j’ai veillé à ce que la Fondation pour l’école se mette au service de tous les enfants et non pas uniquement des catholiques bien sûr, même si je suis particulièrement attachée à ce que les écoles catholiques soient de qualité et qu’elles donnent envie de se faire disciple du Christ. C’est un défi complexe car une école catholique ne doit pas remplacer le biais relativiste et hostile à la religion qui caractérise trop souvent l’école publique par une sorte d’endoctrinement contraire. Ce serait une défaite de la raison or l’école est le lieu de la formation de la raison, et si l’on aborde la religion, ce soit être sous ce prisme de l’intelligence, avec tact et délicatesse pour les personnes. L’école publique se condamne à l’insignifiance en évitant la question de Dieu, de la vérité, du sens de la vie, parce qu’elle est mal à l’aise avec les croyants, en particulier avec les musulmans. A l’inverse, l’école confessionnelle peine à trouver une articulation appropriée entre les enseignements profanes et l’enseignement religieux, se contentant trop souvent d’une catéchèse indigente ou autoréférencée, qui ne résiste pas au choc des interrogations de la vie réelle. Comme en philosophie, je crois que la religion à l’école doit préparer les jeunes à la modernité, au risque sinon de se dévitaliser et d’être rejetée par les élèves devenus adultes. Et cela passe par la transmission exigeante et vivante de la culture classique européenne, meilleure école pour former des futurs adultes libres, forts et créatifs.

Lire la suite