Soixante-dix ans après la défaite du nazisme, l’Allemagne et la Suède découvrent un nouvel antisémitisme. Agressions physiques, menaces et propos douteux : des migrants syriens biberonnés à la haine des juifs rappellent de mauvais souvenirs aux deux pays les plus hospitaliers du continent.


Un ami allemand m’a raconté la mésaventure d’un jeune couple de Berlinois qui avait répondu avec enthousiasme, en 2015, à l’appel d’Angela Merkel à ouvrir grand les bras aux migrants arrivant du Moyen-Orient, dont beaucoup de Syriens qui fuyaient la guerre civile.

Propriétaire d’un studio, ce couple sacrifie ses loyers pour le mettre à la disposition de deux jeunes réfugiés syriens auxquels les services sociaux berlinois fournissent les prestations prévues pour les demandeurs d’asile : tickets repas, abonnement gratuit aux transports publics, argent de poche (84 € par mois), cours d’allemand, etc.

« Nous avons beaucoup d’admiration pour les Allemands… »

Au début, les relations entre les hôtes et les hébergés sont réduites à l’essentiel, en raison du fossé linguistique. Quelques mois plus tard, lorsque les Syriens disposent de moyens d’expression plus élaborés dans la langue de Goethe, le dialogue devient plus riche. Ils racontent leur odyssée et

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2018 - #53

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite