La métropole Aix-Marseille-Provence a été imposée par l’État pour favoriser le développement économique et la mobilité d’un territoire grevé par les difficultés de sa ville-centre. Mais la prospère Aix rechigne à convoler avec Marseille. Reportage.


Gare aux diablines ! Ces minuscules navettes électriques serpentent dans les rues piétonnes du Vieil Aix. Dans ce paisible centre historique que réveillent les foules étudiantes, les façades blondes en pierre de taille disputent la primauté aux petits commerces franchisés. À quelques pas de l’hôtel de ville et de la cathédrale, des atlantes soutiennent le portail d’un splendide hôtel particulier Grand Siècle. Sur le cours Mirabeau voisin, les étals de fruits, légumes et spécialités du pays réjouissent touristes et bourgeois du cru, dont on décèle à peine l’accent.

Maryse Joissains contre la métropole

Rien dans cette image d’Épinal provençale ne laisse soupçonner la colère qui gronde. « Je ne veux pas que Marseille gère mon budget ! Lorsque vous mettez une pomme pourrie dans un panier, qui gagne ? Pas celle qui est en haut du panier », s’emporte Maryse Joissains, 76 ans, maire (LR) d’Aix systématiquement réélue depuis 2001. L’édile gouailleuse, épouse séparée de l’ancien maire Alain Joissains (1977-1983), aussi controversée qu’appréciée de ses administrés, ne cesse de fulminer contre la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP) officiellement créée le 1er janvier 2016. Certains murmurent que les récents ennuis judiciaires – une condamnation en appel le 28 mai à un an d’inéligibilité et six mois de prison avec sursis pour détournement de fonds et prise illégale d’intérêts1 – de cette fille de docker toulonnais ne seraient pas sans rapport avec sa croisade antimétropole.

maryse joissains aix provence
Maryse Joissains, maire d’Aix-en-Provence. Photo : Moura/Andia.

Contre l’avis de la quasi-totalité des maires concernés, Marseillais exceptés, l’État a institué cette nouvelle couche du mille-feuille administratif pour améliorer le développement économique, l’aménagement et la mobilité d’un territoire appelé à peser dans la mondialisation. S’il s’agit de la plus grande métropole française (1,8 million d’habitants répartis sur 3 148 km2) loin devant le Grand Paris et le Grand Lyon, AMP inverse l’habituel schéma métropolitain : Marseille, sa ville-centre, est bien plus pauvre que sa périphérie. Et souffre d’une dette intercommunale abyssale que sa rivale historique Aix-en-Provence n’a aucune envie d’assumer.

Hétéroclite, la métropole en archipel AMP regroupe six intercommunalités (Marseille Provence Métropole, Pays d’Aix, Pays d’Aubagne, Pays de Martigues, Salon-Étang de Berre-Durance et Syndicat d’agglomération nouvelle Ouest Provence autour d’Istres et Fos) dans une institution nouvelle placée entre la commune et le département, avec lequel elle est censée fusionner. Depuis novembre 2018, la Marseillaise Martine Vassal (LR), présidente du Conseil départemental, a d’ailleurs repris les rênes d’Aix-Marseille-Provence au premier des Marseillais Jean-Claude Gaudin (LR), bientôt 80 ans au compteur.

Mais l’équation se complique : les frontières de la métropole ne se confondent pas avec celles des Bouches-du-Rhône, le pays d’Arles refusant obstinément de s’y fondre.

Où est passée l’Arlésienne ?

Un dernier réduit résiste encore et toujours à la métropole Aix-Marseille-Provence : le pays d’Arles. Couvrant toute la Camargue, ce territoire représente 40 % des Bouches-du-Rhône, mais accueille à peine un dixième de la population du département. La députée Monica Michel (LREM) aime citer l’étude de deux cabinets de conseil qui évalue à 17 millions d’euros le surcoût fiscal qu’engendrerait l’entrée du pays d’Arles dans la métropole. Si bien que plusieurs référendums locaux ont donné 80 % de non à la métropole sur fond d’abstention massive. Et la parlementaire macronienne de brandir l’argument de la proximité : « Le cœur de la décision ne peut pas se prendre à 130 kilomètres du citoyen. » À raison : le pays d’Arles se développe en effet bien davantage vers le Gard

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite