Tenez-vous le pour dit : Claude Lévi-Strauss court toujours ! Pas très vite certes, puisque l’ethnologue structural le plus âgé de France fête aujourd’hui ses cent ans. Il festoiera tranquille et peinard, à la verveine ou au mousseux, assis devant sa fenêtre et tirant le rideau sur un monde qu’il exècre désormais. Seulement, c’est une honte ! C’est au gnouf qu’on devrait se charger d’expédier Lévi-Strauss plutôt que de souffler en chœur les bougies de son gâteau ! L’ethnologue ne s’en vante pas, mais il a osé écrire en 1952 un opuscule titré Race et histoire. Oui, vous ne rêvez pas : Lévi-Strauss a employé le mot race ! Pire, à de nombreuses reprises, dans cet ouvrage, il emploie le mot ignominieux en lieu et place de phénotype, que nous, âmes précautionneuses, attendions évidemment qu’il écrivît. Je vous l’accorde : ce livre bat en brèche l’idéologie raciste, mais ne nous arrêtons pas à si peu de choses. Lévi-Strauss emploie le mot race. Si ça, ce n’est pas une preuve !

Il n’est d’ailleurs pas le seul : on ne compte pas les sociologues et anthropologues qui, dans la droite ligne de Durkheim, Weber ou Mauss, ont employé l’un et l’autre terme indifféremment, sans pour autant être des Gobineau en puissance. Comme l’écrit Dominique Schnapper dans La Relation à l’autre, toute la sociologie s’est mue et s’est construite au sein même de l’idée de race sans jamais la remettre en cause. Encore plus accablant, la déclaration universelle des droits de l’Homme, la convention européenne des droits de l’Homme et la Constitution de la Ve République utilisent le terme race. Il n’est pas jusqu’au philosophe Vincent Cespedes qui ne se livre à cette dangereuse pratique (sur le plateau d’Arte, il déniait à Eric Zemmour le droit d’utiliser publiquement le vilain mot, mais en loucedé il ne s’en prive pas, comme en témoigne cette vidéo). N’évoquons même pas l’anthropologie américaine qui a passé quelques décennies à donner une légitimité scientifique au terme pour mieux justifier la ségrégation, avant que ledit mot ne devînt lui-même un discriminant social assez rigolo…

Pourquoi le mot race est-il accepté sans sourciller dans l’usage courant et même savant ? Pourquoi suscite-t-il le scandale dès lors qu’il est placé dans la bouche d’Eric Zemmour ? Mauvaise haleine ? Délit de sale gueule ? Dieu seul le sait. Un journaliste de droite, pointant au Figaro, c’est sûr que ça sent l’exploiteur du genre humain à plein nez. Un seul moment d’inattention, et il vous sort de sa poche son chapeau pointu, rétablissant le commerce triangulaire sans que vous ne vous en aperceviez.

La dangerosité de l’éditorialiste du 14 boulevard Haussmann explique certainement pourquoi le Mrap a demandé hier au Csa de le placer sous surveillance : « Considérant que c’est le racisme qui crée les races, par ces propos, Eric Zemmour entretient et alimente le racisme à l’endroit d’une citoyenne qui est française… Nous saisissons aujourd’hui le Csa pour que des mesures soient prises contre la diffusion de ce genre de propos et qu’une alerte soit lancée à l’endroit des responsables des chaînes publiques au sujet des dérapages incessants de M. Zemmour sur celles-ci. »

On passera sur l’usage du terme « considérant » [1. Soit le rédacteur de la lettre au Csa se prend pour René Cassin, l’auteur principal de la déclaration universelle des droits de l’Homme, soit le Mrap, trop habitué des prétoires, ne maîtrise plus que le lexique judiciaire.] pour aller à l’essentiel : « C’est le racisme qui crée les races. » Maniant le solipsisme avec une rare dextérité, Mouloud Aounit fait mieux que Harry Potter : avec lui, le mot crée la chose.

Le problème, c’est que ce n’est pas historiquement très juste. Le mot « racisme » est apparu au début du XXe siècle quand la Science allemande, devant laquelle la France se tortillait d’admiration, poussait des morts illustres, comme Linné, Kant, Broca ou Gobineau, beaucoup plus loin que là où ils seraient allés par leurs propres moyens… Si les XVIIIe et XIXe siècles se contentaient d’employer l’idée de « race » pour rendre surtout compte de la diversité humaine, la fin du XIXe s’est mise à instrumentaliser les différences raciales dans un but politique.

Les choses sont encore bien moins simples. Fin juillet 1885, Jules Ferry monte à la tribune de l’Assemblée nationale pour défendre l’expansionnisme, au motif que les « races supérieures » ont une mission civilisatrice par rapport aux « races inférieures »… Pour lui répondre, Georges Clemenceau ne remet pas en cause l’existence des races, mais leur hiérarchie : « Races supérieures ! Races inférieures ! C’est bientôt dit. Pour ma part, j’en rabats singulièrement depuis que j’ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande, parce que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand. Depuis ce temps, je l’avoue, j’y regarde à deux fois avant de me retourner vers un homme et vers une civilisation et de prononcer : homme ou civilisation inférieure !… C’est le génie de la race française que d’avoir généralisé la théorie du droit et de la justice, d’avoir compris que le problème de la civilisation était d’éliminer la violence des rapports des hommes entre eux dans une même société et de tendre à éliminer la violence, pour un avenir que nous ne connaissons pas, des rapports des nations entre elles. »

Il faut bien se rendre à l’évidence : ce n’est pas le mot race qui fait le racisme, mais l’idée qu’il existerait entre elles une hiérarchie. Au passage, je suggère au Cran et au Mrap de se mobiliser afin que soient débaptisés les places, artères et monuments qui portent le nom de Jules Ferry ou de Georges Clemenceau. Tous deux, dans des acceptions certes différentes, ont employé le mot race : tous deux sont coupables (NB : ne pas écrire au Csa, mais aux 36 000 maires de France).

Car c’est vers là que nous allons et c’est même là que nous sommes déjà : il vous suffit désormais d’avoir oublié ce qui était écrit dans votre Manuel du Bienpensant et de lâcher, grossier personnage, le mot « race » pour devenir illico un raciste. C’est tout nouveau, ça vient de sortir.

Pourquoi ? Le mot race est un mot qui tue. Certaines de ses significations et de ses connotations l’ont plombé.

Dans le langage courant, on sait ce qu’il signifie intuitivement. Lorsque l’on dit qu’un « physio » fait de la discrimination raciale à l’entrée d’une boîte de nuit, on le voit juger les uns et les autres à leur phénotype, c’est-à-dire au seul aspect observable d’un individu (morphologie, couleur de la peau, etc.) Pourquoi alors ne pas parler de discrimination phénotypale ? Tout simplement parce qu’en français le mot race peut indistinctement être employé comme synonyme de phénotype ou de groupe ethnique…

Comme l’a montré Louis Dumont, il aura fallu attendre le scientisme pour que la race soit biologisée à des fins idéologiques et acquière un nouveau sens. Au moins une chose est sûre sur ce plan : pour la génétique, les races n’existent pas. Il existe une espèce humaine, mais pas de sous-espèces. Pour vous en convaincre, mettez dans un seau les gènes d’un noir, d’un blanc et d’un jaune. Ne mélangez pas, malheureux ! Mais apportez très vite les seaux à un généticien et demandez-lui de vous dire qui est qui. Il vous regardera alors d’un œil perplexe et vous lâchera, désabusé : « Le phénotype n’a pas de génotype. » En revanche, prenez le même généticien et montrez-lui les photos d’un noir, d’un blanc et d’un jaune : il saura vous apporter une réponse assez satisfaisante et pourra même, quand le ministère lui aura coupé tous ses crédits, se faire embaucher comme portier aux Bains-Douches.

Cependant, ce n’est pas parce que la génétique démontre qu’une chose n’existe pas que le terme disparaît avec ses autres acceptions. Et c’est encore moins parce que vous aurez interdit l’usage du mot race que vous aurez supprimé les préjugés et les comportements racistes. C’est que le mot n’est jamais la chose.

Si l’on veut expliquer pourquoi le mot race est devenu tabou au point qu’à peine prononcé il provoque le scandale, c’est peut-être vers la linguistique qu’il faut se tourner. La loi du moindre effort est bien connue : l’évolution d’une langue s’accompagne de la disparition de certains phonèmes finaux. Le cinématographe devient le cinéma, puis le ciné. Sur le long terme, l’altération touche les phonèmes eux-mêmes : le cantare latin devient le chanter français, plus facile à prononcer. Quant au sens, il se réduit et se fige dans une seule signification. On ne comprend plus ce que Zola ou Marx avaient à l’esprit lorsqu’ils écrivaient : « race ouvrière ». Que les Mérovingiens soient la « première race des rois de France » nous est inaudible. Celui qui emploie aujourd’hui le mot « race » est nécessairement un raciste, puisqu’on a décidé de limiter le mot à sa signification la plus catastrophique et la plus connotée. La nouveauté est qu’ici la simplification sémantique n’est pas naturelle, mais voulue et contrainte. Supprimer le mot, pour supprimer la chose : Orwell appelait cela la novlangue. Bienvenue, Eric Zemmour, vous êtes arrivé en 1984.

Lire la suite