Que s’est-il exactement passé en France, au tournant des années 1970-1980, pour que cette période suscite une nostalgie allant bien au-delà d’une simple mélancolie générationnelle, à l’image de celle que l’on entretient par exemple pour son adolescence disparue ? D’où vient ce sentiment vague mais prégnant que tout a définitivement basculé entre le premier choc pétrolier et le tournant de la rigueur en 1983 ? Il s’est passé que la France, qui se ressemblait encore un peu dans les films de Sautet, les romans de Sagan, les polars d’Yves Boisset, est devenue un pays radicalement différent et qu’il y a moins d’écart entre le monde de Stendhal et celui de Giscard qu’entre celui de Giscard et le nôtre.

Schnock n°3 (La Tengo édition).

Lire la suite