Les carnets de Roland Jaccard


Un écrivain français qui cite Karl Kraus, en l’occurrence Patrick Corneau, mérite toute notre attention. Ce témoin de l’apocalypse viennoise observait que tôt ou tard « ce qu’on fait à la langue, on le fera à l’homme ». Oui, nous arrivons au stade ultime d’une décadence que personne ne voit parce que tous l’ont acceptée : la démolition des structures de la pensée avec la ruine de la langue. Au point que le français est devenu une langue étrangère aux Français eux-mêmes.

XxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxX

Un exemple : le sens de la litote. Parlant des Anglais, au lendemain de bombardements allemands sur Londres, Albert Cohen écrit : « On dit seulement avec une charmante affectation que la nuit a été assez bruyante. »

XxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxX

Le laconisme est également une langue aujourd’hui oubliée. Elle me rappelle ce mot de Brummell qui, face à un splendide paysage constellé de lacs, demande à son serviteur : « Which lake do I prefer ? » Il convient de se délester de son propre goût et de ses préjugés. C’est même à cela que l’on reconnaît un homme élégant.

A lire aussi: Une nuit avec Thomas Bernhard

XxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxX

Chaque fragment de l’essai de Patrick Corneau, Un souvenir qui s’ignore, est une source d’émerveillement. Lecteur de Cioran et de Gombrowicz, il espère que l’homme, plutôt que d’être une hyène dotée d’un idéal ou un mutant, choisisse de se reconnaître « cousu d’enfant ». Mûrir, c’est pourrir un peu. Les gens mûrs m’effraient, écrit Patrick Corneau. Il considère cette prétendue maturité comme de l’opportunisme ou de la pure lassitude.

XxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxX

Patrick Corneau se moque des écrivains qui font l’éloge du sport : Montherlant soulevant ses haltères en récitant Sénèque, Morand pratiquant l’équitation avec une superbe de junker prussien… il préfère penser à un Kafka demi-nu faisant des pompes sur le parquet d’une mansarde glaciale. Il a chois

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2020 – Causeur #80

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite