Un peu comme le Aurélien de Louis Aragon avait trouvé Bérénice « franchement laide », la première fois que j’ai vu Jennifer Hassan-Smith de QVC à la télévision, je l’ai trouvée un peu sotte. Surjouant l’extase devant les produits qu’elle me présentait, éclatant de rire à intervalles réguliers, elle m’a d’abord un peu énervé. Pour tout vous dire, je l’ai même trouvée un peu vulgaire.

QVC bouscule les codes du télé-achat

QVC, la chaîne de télé-achat où Jennifer officie, je suis tombé dessus par hasard. C’était une de ces nuits où ne trouvant pas le sommeil, je décidais de faire le tour des chaînes de ma box TV. QVC (pour éviter la connotation sanitaire malheureuse, prononcez à l’américaine « cul-vie-scie « ),  c’est le géant du téléachat américain. Sa déclinaison française a été lancée il y a deux ans, même si les yankees n’ont pas réussi à obtenir une fréquence sur notre TNT. Malgré le refus du CSA, c’est inéluctable : le télé-achat se globalise. Un phénomène trop peu analysé qui touche aussi la France.

Jennifer Hassan-Smith est française. C’est la présentatrice star de la déclinaison française de cette multinationale du téléshopping. Si Pierre Dhostel et Valérie Pascale de M6 Boutique garderont toujours une place à part dans mon coeur de téléspectateur addict, Jennifer Hassan-Smith est charmante et QVC vient bousculer les codes et propose des produits plus séduisants et plus variés. QVC réalise 8 milliards de dollars de chiffre d’affaires aux USA. Pas mal pour une chaine de télé ! A titre de comparaison, le géant français de la distribution Carrefour réalise 40 milliards de ventes en France (en euros) avec ces centaines de magasins.

360 millions de téléspectateurs

Si j’en crois Le Figaro, QVC a mis les gros moyens pour me séduire et conquérir la France. QVC France emploie déjà plus de 150 salariés et a ouvert un studio géant de 300 m2 à la Plaine Saint Denis dans le nord de Paris. QVC appartient au groupe Qurate retail group, qui revendique avec toutes ses chaines de téléshopping 360 millions de téléspectateurs dans le monde et se présente comme le numéro 3 du e-commerce aux Etats-Unis. Le groupe Qurate dépend lui-même d’une holding « Liberty Interactive » qui possède entre autres TripAdvisor ou… le championnat de Formule 1.  Autant vous dire que c’est un gros machin.

Toutefois, en France, la chaine QVC se lance en territoire hostile. Nous sommes un peuple assez peu porté sur l’achat via la télévision. Jennifer Hassan-Smith, par ses prestations amusantes, s’emploie chaque jour à nous séduire avec tout le talent que je lui reconnais désormais.

Aux Etats-Unis, il n’y a pas de telles barrières culturelles, on va même trouver des marques de luxe qui vendent par ce canal, comme par exemple Lancôme sur la chaine HSN (du même groupe que QVC). Des chanteurs comme Michael Bublé peuvent aussi y vendre leur nouvel album en exclusivité. On comprend mieux ainsi le chiffre monstre de 8 milliards de dollars de ventes que réussit à faire QVC. Les produits proposés par la chaîne sont souvent exclusifs, et les programmes se veulent divertissants. Joy Mangano, qui est une entrepreneuse américaine qui a fait fortune en vendant ses inventions sur QVC, a même eu droit à un biopic au cinéma avec une autre Jennifer : Jennifer Lawrence (Joy, de David O. Russell, 2015).

Jennifer Hassan-Smith, sérieux argument de vente

Avec QVC, le télé-achat se mondialise : la chaine a déjà ouvert depuis des années en Grande Bretagne, en Allemagne, en Italie, au Japon et en Chine. Mode, bijoux, beauté, maison : la chaîne cible un public essentiellement féminin. Un public plutôt senior aussi, à en juger le type de bijoux ou certaines marques de mode présentées à longueur de journée sur leur antenne (par exemple la marque française Damart). Jennifer Hassan-Smith s’attaque aux cartes de crédit du troisième âge, orphelins de Julien Lepers depuis sa cruelle éviction ! Elle lui répète minute après minute le numéro de téléphone où l’on peut procéder à son achat. Vu le nombre de produits et le nombre d’heures de direct présentés chaque jour, cela semble bien tourner.

La belle Jennifer Hassan-Smith, ancienne danseuse originaire de la Côte d’Azur, crève l’écran et parvient chaque jour à me convaincre de l’excellence de tous ses produits. Bijoux à prix modique offrant tout l’éclat du diamant pour seulement « une fraction de son prix », yaourtières, produits d’entretien proposés à prix réduit lors du Today’s Special Value (« la meilleure offre du jour ») … j’ai envie de tout lui acheter ! J’ai peur toutefois que les goûts en termes de mode ou de bijoux s’homogénéise un peu plus à travers le monde avec QVC… C’est ça aussi le revers de la médaille avec la globalisation du télé-achat.

Un bonheur simple

Peu importe, je suis un peu tombé amoureux de la présentatrice, qui humanise par sa bonne humeur le téléshopping, et qui devient une figure familière pour l’accro de télé que je suis.

Parviendrai-je à lui dire toute l’admiration et la tendresse que j’éprouve désormais pour elle ? Toutefois, je lui dirais tout de même que « sa joie et son sourire communicatifs » font mon bonheur. Jennifer, entre deux essais de petites robes d’été que vous portez si bien, si vous lisez ces lignes, je vous en prie, envoyez une photo dédicacée à la rédaction de Causeur, qui transmettra.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite