Home Culture Prix du roman de l’Académie française: “Mon maître et mon vainqueur”… vainqueur


Prix du roman de l’Académie française: “Mon maître et mon vainqueur”… vainqueur

François-Henri Désérable récompensé

Prix du roman de l’Académie française: “Mon maître et mon vainqueur”… vainqueur
Hélène Carrère d'Encausse remet le Grand Prix du Roman à l'écrivain François-Henri Désérable, Académie française, Paris, 28 octobre 2021 © Ludovic MARIN / AFP

Le prix du roman de l’Académie française est allé cette année au joli roman-vaudeville de François-Henri Désérable, Mon maître et mon vainqueur. Causeur était à la cérémonie de remise des prix.


Jeudi 28 octobre à 16h30, sortant de leur réunion plénière, les Immortels rassemblés sur l’escalier qui monte à la chambre proclament le vainqueur du prix du roman de l’Académie française : il s’agit de François-Henri Désérable pour Mon maître et mon vainqueur, préféré à La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr et Le dernier tribun de Gilles Martin-Chauffier. Désérable, jeune beau gosse devant l’Éternel, prend la pose avec les académiciens et confie être très heureux de recevoir un prix qui a été attribué en 1968 à Belle du Seigneur, le roman qui lui a donné envie d’écrire. 

Joueur et inventif

Mon maître et mon vainqueur est un très joli roman-vaudeville. Notre contributeur François Kasbi en a donné en septembre un compte-rendu enthousiaste. L’histoire que Désérable tisse a tout du théâtre : un adultère qui s’épanouit dans des circonstances burlesques – grivoiseries dans la réserve des livres rares de la BNF, enchères sans provision chez Christie’s, charge sur un âne lors d’un mariage – entre deux personnages ridicules et assez attachants. Cela raconté par un ami du couple curieusement omniscient à un juge cherchant à éclairer le contexte d’un crime dont on ne découvre qu’à la fin en quoi il consiste. Le livre est aussi ponctué de poèmes, qui se prennent plus ou moins au sérieux. Le roman est joueur, inventif ; Désérable s’amuse des genres (introduisant même deux ou trois photos illustratives assez drôles), de ses personnages, donne une dédicace en forme de devinette, « Bien à toi », dont on comprend par la suite qu’il doit s’agir d’une forme de règlement de comptes. On en ressort le cœur léger et le sourire aux lèvres.

L’écrivain François-Henri Désérable © BALTEL/SIPA/SIPA Numéro de reportage : 00870955_000005

Sarr mérite tout autant d’être récompensé !

Le roman de Sarr reste en lice pour d’autres prix littéraires, dont le Goncourt, et il mérite certainement d’en avoir un : le récit en forme de quête littéraire et personnelle d’un auteur du nom de T.C. Elimane est brillant et profond, traversé de visions et de personnages flamboyants. Naviguant entre le Sénégal et la France, sa méditation sur le destin des écrivains africains francophones touche très juste. 

A lire aussi: Ernst Jünger, orages d’encre

Ces deux romans sont donc le fruit d’une jeune génération littéraire ; et on décèle dans les livres de Sarr et Désérable, 31 et 34 ans, un point commun important : une narration multiple et parfois enchevêtrée, dont l’élément clé est un personnage qui se confond avec l’auteur – les narrateurs sont justement de jeunes écrivains, qui évoquent leur amour pour la littérature, le milieu littéraire, leurs références, leurs difficultés à écrire. Ils s’opposaient assez radicalement au troisième roman finaliste : un excellent roman historique, sans doute plus traditionnel et avec moins de prétentions, traçant un captivant tableau de la fin de la République romaine. Deux romans de jeunes écrivains donc très personnels, d’autant plus pour Sarr qui choisit moins la légèreté que la profondeur. On sent encore par touches qu’ils ont quelque chose à prouver : leur amour des livres sans doute, célébrés, cités, ou des écrivains, Désérable jouant avec des figures insignes de notre panthéon (Verlaine, Rimbaud, Voltaire) et Sarr racontant pour l’essentiel une histoire d’écrivains qui rencontrent et cherchent d’autres écrivains. Leurs conceptions de ce que c’est que la « vraie littérature », aussi. Reste qu’ils ont excellé.

Mon maître et mon vainqueur - Grand prix du Roman de l'Académie française 2021

Price: 18,00 €

19 used & new available from 13,35 €

La plus secrète mémoire des hommes - Prix Goncourt 2021

Price: 22,00 €

21 used & new available from 17,11 €

Le dernier tribun

Price: 20,90 €

17 used & new available from 11,68 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Wokisme et sanitarisme, les deux mamelles de notre déclin
Next article La faiblesse des robots

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération