Home Médias Le Prince et l’hypocrisie mondiale


Le Prince et l’hypocrisie mondiale

"Le Monde", journal des bourdes

Le Prince et l’hypocrisie mondiale
© Mark Thomas/Shutterstock/SIPA Numéro de reportage : Shutterstock40841044_000001

Quand il apprend le décès du Prince Philip, Le Monde s’empresse de rappeler ses bourdes et sa prétendue xénophobie. Pourtant, si ses journalistes se plongeaient dans les archives du journal, ils constateraient que le quotidien a pu employer aussi en son temps des termes désormais connotés négativement.


Quelques minutes après la disparition du prince Philip, Le Monde publiait une nécrologie dénigrant le défunt qui aurait « souvent fait montre d’une certaine condescendance aristocratique, voire de xénophobie ou de racisme impérial. »

A lire aussi: Prince Jean d’Orléans: «L’épopée napoléonienne a contribué à forger notre conscience nationale»

L’article, intitulé respectueusement « Philip, prince des bourdes », rappelle notamment qu’il avait demandé à un Aborigène si son peuple se battait toujours à coups de lance. Faut-il sérieusement voir une hiérarchisation des races, du mépris ou de la haine de l’étranger dans une question pas très fine ? Où se trouve la « condescendance aristocratique », surtout chez un homme qui a volontiers accueilli dans sa famille six roturiers comme époux de ses enfants et petits-enfants ? Les nécrologies étant préparées longtemps à l’avance pour être immédiatement publiées, le quotidien avait eu tout le temps d’y réfléchir.

Ce journal, qui s’indigne des petites gaffes et plaisanteries innocentes du Prince, ne devrait-il pas vérifier ses anciennes colonnes ?

A lire aussi, Sophie Bachat: Le prince est mort, vive le prince!

Le Monde a-t-il oublié le temps où il employait les termes « nègres » pour parler des Afro-Américains, par exemple en commentant l’adoption du Civil Rights Act du Président Eisenhower en 1957 ? Certes, le journal le faisait sans malveillance, mais il devrait se juger sévèrement à l’aune de son propre wokisme avant de trouver que Philip ne montrait pas assez patte blanche. On a d’ailleurs connu Le Monde bien moins critique quand, en 1991, il s’est agi de commenter les propos du Premier ministre français, Édith Cresson, qui avait comparé les Japonais à des fourmis, dit sa répulsion pour l’homosexualité, et affirmé qu’un quart des Britanniques, Américains et Allemands étaient homosexuels…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article L’impénétrable Mulholland Drive de David Lynch
Next article Éloge du saucisson
Jean Degert est éthicien, rédacteur et traducteur juridique

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération