Si Emmanuel Macron a remporté l’élection présidentielle, c’est en constatant la crise du système partisan. Par sa verticalité, le chef de l’État redonne un second souffle à une Ve République qu’il devra réformer.


Causeur. Dans votre dernier essai L’esprit de la Ve République (Perrin, 2017), vous estimez que la Ve République ne fait plus consensus. A vous lire, cette vieille république peine aujourd’hui à réaliser « le programme fondamental de la démocratie libérale » que vous définissez comme « la combinaison de la liberté des citoyens et de la force du gouvernement ». Pire encore, il y a encore quelques semaines, on avait l’impression que la Ve République était à l’agonie, achevée par le trio Chirac-Sarkozy-Hollande. Pourtant, avec Emmanuel Macron à sa tête, semble vive une deuxième jeunesse…

Philippe Raynaud. Je n’ai pour ma part jamais considéré que nous étions au bord d’une crise de régime ! En revanche, nous assistons bien à une crise du système partisan tel qu’il s’était stabilisé durant le second mandat de Mitterrand. Jusqu’en 1981, le système partisan s’est organisé à l’articulation de deux lois électorales : la réforme constitutionnelle de 1962 qui a abouti à l’élection du président de la République au suffrage universel d’une part, et d’autre part le maintien, pour toute élection décisive, du système majoritaire à deux tours, adopté pour rompre avec la IVe République. Ce système, qui au départ limitait le poids des partis traditionnels et assurait l’hégémonie du grand parti gaulliste, s’était finalement stabilisé dans ce que Maurice Duverger appelait « le quadrille bipolaire » formé de deux blocs bipartisans : le PC et le PS d’un côté, l’UDF et le RPR de l’autre. Cet équilibre reposait sur une vie politique apparemment très conflictuelle, parce qu’entre les deux blocs il y avait une opposition idéologique forte : d’un côté ceux qui se représentaient comme les seuls vrais nationaux, et de l’autre une alliance qui prétendait rompre avec le capitalisme. Le « quadrille bipolaire » a ainsi servi de mécanisme intégrateur : à l’époque, les partis extrêmes étaient marginalisés et l’immense majorité de la

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Été 2017 - #48

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite