Dans le thé, ce n’est pas uniquement la boisson chaude que l’on apprécie mais l’ensemble raffiné dans lequel il est servi, le rituel, les tasses, les théières et les accessoires. Petit voyage dans un monde plus complexe encore que celui du vin.


Il faut l’avouer : le thé n’est pas une boisson facile d’accès, surtout si l’on est habitué au parfum et au goût du café bien torréfié, plus immédiat, sensuel et rassasiant. Parfois, on a même carrément le sentiment de boire de l’eau chaude, conformément à cet « éloge de la fadeur » qui, selon le philosophe François Jullien, serait au cœur de la culture chinoise. En fait, ce n’est pas tant le thé que l’on apprécie, que l’ensemble dans lequel il est servi : la cérémonie, le rituel, avec ses jolies tasses et ses petits gâteaux secs !

or-du-the
Thé vert rarissime au goût de foin frais et de noisette, cueilli en avril 2020 dans la province de Zhejiang (au sud de Shanghai) par M. Kong Zhang Ming, de la 74e génération des descendants de Confucius. © Terre de Chine

Afin de ne plus passer pour un plouc, on pourra se rendre à la boutique Terre de Chine située rue Quincampoix, dans le Marais. À l’intérieur, derrière son comptoir, une petite dame chinoise à l’œil vif vous accueillera : Lyne Wang, née à Shanghai en 1966. Cette femme au caractère bien trempé fulmine aussitôt qu’on lui parle de thés ou de riz japonais (le meilleur du monde selon moi) : « C’est nul ! » s’exclame-t-elle furibarde en m’ébouillantant les mains avec sa théière rare en argile de Yixing. « Les thés ont été découverts en Chine, il y a quatre mille ans par l’empereur et médecin Shen Nong, la cuisine chinoise est la plus ancienne du monde, alors ne viens pas me raconter des histoires avec ton Japon ! » À part ça, Lyne est une grande cuisinière : son canard laqué en trois services, qu’elle m’a fait l’honneur de me préparer chez elle, est admirable.

Avec elle, vous découvrirez un monde plus complexe encore que celui du vin, car le théier est un arbre à fleurs persistantes qui donne trois récoltes par an (contre une seule pour la vigne) : printemps, été, automne. Chaque récolte se déroule en trois cueillettes qui chacune donne un thé particulier. Pour corser le tout, il existe six familles de thé : le blanc, le jaune, le vert, le rouge, le noir et le wulong (un thé demi-fermenté qui sent bon la campagne). Rien qu’en Chine, toutes ces variétés sont cultivées dans des régions au climat différent, sur des terroirs spécifiques. « Vous voulez boire un thé ? Mais lequel ? » Lyne est une intégriste. Chaque année, au printemps, cette ancienne étudiante en médecine diplômée de la Sorbonne parcourt en Chine des milliers de kilomètres pour acheter auprès des meilleurs producteurs, très pauvres pour la plupart, qui cultivent leurs théier

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2021 – Causeur #87

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite