Pour l’ancien juge antiterroriste Marc Trévidic, la France a progressé dans la lutte contre l’islamisme. Malgré cette prise de conscience, l’État peine à organiser la mobilisation générale face au nombre de radicalisés.


 

Causeur. À chacune de vos interventions médiatiques, vous dénoncez des décennies d’aveuglement sur l’idéologie islamiste. Depuis cinq ans, la société, les politiques, les médias et la justice se sont-ils dessillés face à la menace ?

Marc Trévidic. Depuis cinq ans, l’angélisme s’est beaucoup amenuisé. Quand j’ai commencé l’antiterrorisme en 2000, tout un discours de la magistrature et de la presse niait la menace de la radicalisation islamiste et estimait que le salafisme avait plutôt pour effet de calmer les jeunes en les détournant de la délinquance. Libération avait ainsi titré un dossier sur le GIA « Ils voient des islamistes partout ! ». Un premier tournant dans la prise en compte du danger islamiste s’est opéré le 11 septembre 2001. Les attentats aux États-Unis ont montré que la radicalisation pouvait mener au terrorisme, alors même que ce risque était visible depuis le début des années 1990, avec le départ des troupes soviétiques d’Afghanistan. Le développement d’une idéologie qui prenait la suite du marxisme-léninisme et allait nous poser de graves problèmes est alors devenu manifeste.

L’attentat de la préfecture commis par Mickaël Harpon ne m’a pas surpris. Ces dernières années, l’idéologie islamiste s’est propagée partout. Je connais le cas de la fille d’un général de l’armée française qui s’est radicalisée

Dès les années 1990, la France a payé un lourd tribut au terrorisme islamiste avec les attentats commis sur son sol par le GIA algérien. Après cette première grande vague terroriste, nous sommes-nous reposés sur nos lauriers ?

Du 3 décembre 1996 aux crimes de Mohammed Merah en 2012, la France n’a pas connu d’attentats islamistes sur son sol, ce qui nous a fait tomber dans un certain aveuglement. Pendant ces années, on a lutté uniquement contre le terrorisme, ce qui revient à combattre les effets sans traiter les causes idéologiques. En considérant le terrorisme comme une affaire de criminalité et non un problème

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2020 - Causeur #75

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite