En érigeant Lilian Thuram au rang de « co-commissaire » de l’exposition « Imaginaires et représentations de l’Orient: question(s) et regard(s) », le musée Delacroix permet à l’ancien footballeur de décliner un discours dogmatique où s’entrecroisent contre-sens et anachronismes douteux. 


Comme souvent, tout part d’une bonne intention. Depuis qu’il a abandonné ses crampons de champion du monde (1998), Lilian Thuram met à profit sa popularité auprès des jeunes pour défendre la tolérance et le vivre-ensemble. Il crée en 2008 la Fondation Lilian Thuram pour l’éducation contre le racisme et sillonne collèges, lycées et plateaux télé pour diffuser la bonne parole dans nos « quartiers ». Cette sagesse de grand-frère dépasse vite les salles de classe et séduit les institutions. Des musées en mal de liens avec le réel le so

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2018 – #55

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite