Home Monde Liban : pourquoi il est si difficile de l’aider


Liban : pourquoi il est si difficile de l’aider

Liban : pourquoi il est si difficile de l’aider
Manifestation contre la conférence économique Manama, parrainée par les États-Unis, qui a eu lieu au Bahreïn et aux États-Unis. Photo : SIPA 00913661_000004

Le Liban mérite-t-il qu’on le défende malgré tous ses défauts ? Et comment le défendre ? Emmanuel Macron est allé deux fois au Liban depuis l’explosion qui a eu lieu dans le port de Beyrouth il y a un an, et il a visiblement suivi de très près le dossier. Ceux qui ne connaissent pas l’histoire du Liban s’en sont étonnés.


Les liens entre le Liban et la France

L’influence de la France sur les élites syro-libanaises date de plusieurs siècles. Cette influence a fait attribuer la Syrie à la France après la Première Guerre mondiale lors du démembrement de l’empire ottoman. En Syrie, un territoire chrétien, le mont Liban, a demandé à être détaché de la Syrie avec comme objectif de devenir département français pour être protégé du monde musulman.

Mais cela ne s’est pas fait pour deux raisons :

  • d’abord le territoire détaché de la Syrie a été trop grand : pour englober tous les chrétiens de la région, il a également englobé beaucoup de zones musulmanes, et les chrétiens n’étaient que faiblement majoritaires. Aujourd’hui, ils sont très nettement minoritaires, notamment du fait de leur départ du pays à la suite de la guerre civile, de leur accueil favorable à l’étranger par leur diaspora et du fait de leur meilleur niveau d’études que les autres communautés.
  • Ensuite, l’évolution de la sensibilité mondiale sur les questions de colonisation a rendu cet objectif psychologiquement et politiquement impossible, comme en témoignent aujourd’hui les discussions qui refusent à la France toute légitimité sur ses départements d’outre-mer, particulièrement Mayotte, et sur la Nouvelle-Calédonie.

La construction du Liban d’aujourd’hui

Le Liban est donc resté indépendant et a mis en place un système « confessionnel » hérité de l’empire ottoman. Ce système classe la population suivant sa religion : les chrétiens maronites, qui avaient la majorité relative, les Arméniens, les Grecs catholiques, les musulmans sunnites, les musulmans chiites et une religion locale : les druzes, que l’on retrouve également plus au sud dans l’Israël d’aujourd’hui, et plus au nord en Syrie.

À lire aussi : Liban: la guerre civile permanente

Ce classement par religion structure profondément le pays et vous en avez une description géographique et culturelle détaillée dans mon article précédent. Les adversaires de ce multiculturalisme, notamment lorsqu’il s’agit de l’appliquer à la France, rappellent les rivalités paralysantes et les guerres civiles que cela entraîne.

Pour mesurer la complication et donc l’immobilisme engendré par ce système, imaginez qu’en France les nominations officielles se fassent par groupe de 11 comprenant obligatoirement X catholiques, Y protestants, Z juifs, Z’ représentants d’une organisation laïque ou athée (les francs-maçons du Grand Orient par exemple), Z’’ représentants de telle tendance de musulmans etc. Imaginez également que le président de la République française soit obligatoirement catholique, le Premier ministre obligatoirement protestant, le président de la chambre obligatoirement juif etc.

Comme pendant l’Empire ottoman puis durant les premières années de l’indépendance le Liban était peu peuplé, chaque communauté regroupait peu d’habitants et était en pratique contrôlée par une ou deux familles dont on retrouve souvent des descendants aujourd’hui.

Bien entendu les puissances étrangères de la région s’appuyèrent sur des communautés : les Israéliens sur une partie des chrétiens, ce qui fut une erreur stratégique pour ces derniers, l’Arabie sur une partie des sunnites et l’Iran sur les chiites. Quant à la Syrie, elle n’accepta jamais la création du Liban et les services syriens furent souvent très actifs pour perturber la gouvernance du pays. En particulier on les soupçonne d’avoir commandité l’assassinat du Premier ministre Saad Hariri en 2005, et cela peu après avoir été son invité en tant que représentant des grandes écoles françaises dans une manifestation francophone… en même temps qu’un bon millier d’autres personnes, dans l’immense salle à manger de la cave de sa villa.

>>> Lire la fin de l’article sur le site de Conflits <<<


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article A la recherche des descendants des derniers Incas
Next article Afghanistan : Bacha Bazi et Bachibouzouks
Rédacteur en chef de Conflits, il dirige le cabinet de formation Orbis Géopolitique.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération