Home Culture Dire le roman national, c’est encore possible!


Dire le roman national, c’est encore possible!

Il suffit de se rendre au théâtre près de Montparnasse

Dire le roman national, c’est encore possible!
Maxime d’Aboville au Théâtre de Poche © Pascal Gély

La Révolution, d’après Hugo, Michelet, Lamartine”, un spectacle de et par Maxime d’Aboville, au Théâtre de Poche, à Paris.


De grâce, raconter l’Histoire de France sans pruderie semble encore régaler les oreilles! Bis repetita placent, «les choses répétées plaisent» écrivait Horace, au vers 365 de son flamboyant Art poétique.

Maxime d’Aboville, acteur, se définissant modestement comme un «saltimbanque», revient pour la troisième fois sur la scène du Théâtre de Poche afin de nous faire profiter de ses plaisantes et loquaces «Leçons d’histoire de France». Seul sur scène, il ressuscite la verve et la brillante austérité des «hussards noirs» de la République dont parlait Péguy, des corbeaux éloquents qui n’ont pas peur de raconter le roman national. Dans une fougue volage, faisant ainsi vaciller l’auditoire des larmes de la mélancolie, au frisson effroyable des grandes batailles, d’Aboville convie son public à un rendez-vous intime, à une confession, une réunion, entre la France d’aujourd’hui, et celle de naguère.

A lire aussi: De l’opéra “Le Vaisseau fantôme” au film “Pandora”: embarquez pour le grand large

Cette fois, sous la coupole de la plume des plus augustes littérateurs conviés d’outre-tombe, Lamartine, Michelet, Hugo, Dumas, la Révolution est placée au devant de la scène. Les obscures contrées du récit historique sont ici illuminées par la faconde d’un acteur pugnace, investi et acrobatique, laissant s’exhaler par tous ses téguments les plus éblouissantes réminiscences des temps révolus. Un vrai coup de Jarnac porté aux déboulonneurs du commun passé.

 Maxime D’Aboville Photo: Pascal Gély

La Révolution française n’est ni le commencement, ni la fin de l’Histoire, elle est un point schismatique, laissant dans ses décombres les vestiges de l’Ancien régime, et dans les combles de ses ruines des marées de sang.

Aussi d’Aboville entend-il redonner un puissant souffle romanesque aux grandes séquences matricielles, constitutives de la Révolution avec une majuscule. Aucun frein n’arrêtera la marche des dé(cons)structeurs, alors profitons-en, soutenons allègrement cette courageuse et délicate entreprise narrative ! La Terreur existe encore, mais cette fois, ce n’est pas elle, c’est l’histoire qui est à l’ordre du jour !


Au Théâtre de Poche – Montparnasse, du 21 octobre 2021 au 2 janvier 2022. Du mardi au samedi 19h, dimanche 15h.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article J.K Rowling ne plie pas face aux théoriciens du genre. Bravo!
Next article Lionel Shriver: “Certains de mes meilleurs amis sont des hommes blancs”
Étudiant à l’École de Droit d’Assas, Petit romantique désenchanté, j’ai grandi en maudissant l’hydre numérique et le crépuscule des pensées. Déçu par la modernité, j’ai trouvé un fidèle compagnon dans Chateaubriand, et un griffant psychologue dans Nietzsche. Donnez-moi de la boue, j’en ferai de l’encre. Ainsi je serai apaisé et délivré.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération