Home Société Je me sens bien seul


Je me sens bien seul

Le billet du vaurien

Je me sens bien seul
Roland Jaccard © Hannah Assouline.

Le billet du vaurien


La mort ne me fait pas peur. Le Covid-19 m’indiffère. Je n’ai jamais été pacifiste. Les migrants me font honte et l’islam m’inspire une sainte horreur. Depuis mon enfance, j’entends dire qu’il faut être charitable et aider les Africains à sortir de leur misère. Et, en aucun cas, faire preuve de racisme, d’homophobie ou d’un quelconque préjugé vis-à-vis des formes de sexualité « déviante ». Il faudrait même célébrer Noël en famille et se réjouir que nos gouvernants nous maternent en prenant des dispositions qui pourraient sembler liberticides à de mauvais esprits, mais c’est pour notre bien. Cette bienveillance universelle a quelque chose de louche et, autant l’avouer tout de suite, elle me donne envie de vomir. Je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de prendre soin de moi et moins encore de dicter ma conduite ou, pire encore, mes pensées.

A lire aussi, Elisabeth Lévy: Crèche à Béziers: comme sur des roulettes

Et me voici embarqué dans un monde où, parce que je fais partie des personnes vulnérables, on me recommande de demeurer confiné, de me protéger en portant un masque et de me tenir à une respectable distance de mes semblables. Je ne vois d’ailleurs même pas en quoi ils sont mes semblables : masqués, ils plébiscitent tout ce qui pourrait prolonger, voire sauver, leur misérable petite vie. Ils croyaient en Jésus, ils croient maintenant aux vaccins. Quand j’émets le moindre doute sur les mesures sanitaires, voire sur les bienfaits de la révolution numérique devenue un implacable instrument de contrôle des populations, je me demande si mes interlocuteurs ne me considèrent pas comme un vieux gâteux, voire comme un homme qui a profité de l’insouciance des années glorieuses et qui ne veut pas en payer le prix. Pourtant chacun est prêt, à se sacrifier pour moi : j’aurai même droit à une part de ma bûche de Noël dans la cuisine.

Chez votre marchand de journaux: Causeur: Trêve des confineurs!

Je me garde bien d’émettre le moindre doute sur la bienveillance de mes proches, mais je ne peux pas m’empêcher d’éprouver une certaine compassion pour des humains qui tiennent d’autant plus à leur vie qu’elle a perdu toute valeur. Je préférerais les voir danser au-dessus du volcan. Karl Marx disait que l’homme est l’ensemble des relations qu’il entretient avec ses semblables. Il appartenait au Vieux Monde. Lui donneriez-vous tort pour autant, vous qui êtes passé d’une confrontation de chacun contre chacun à un «  vivre-ensemble »d’autant plus hypocrite qu’il est purement virtuel? Je ne dirai pas que le Virus nous rend fous. Nous l’étions déjà. Mais il nous métamorphose en pauvres petits animaux apeurés. Inutile de préciser qu’il est une aubaine pour les gouvernants, les laboratoires pharmaceutiques et les mandarins de la médecine. À titre personnel, j’aurais préféré figurer parmi les quatre cent mille morts que nous annonçait Emmanuel Macron au cas où aucune mesure sanitaire ne serait prise ( chiffre par ailleurs nettement surévalué ) que d’assister à l’effondrement d’un art de vivre et, sans être devin, d’une civilisation.

Ma vie et autres trahisons

Price: ---

0 used & new available from

Ce virus qui rend fou: essai

Price: 8,00 €

56 used & new available from 0,58 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Pour un management moins humain
Next article L’Être humain, bien mieux qu’un arbre et bien mieux qu’un écran

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération