De près ou de loin, l’islam n’a « rien à voir » avec l’islamisme. Pourquoi ne pas le croire ? La plupart des médias  l’affirment.


Cet article ayant été écrit avant l’attentat de Trèbes, j’ai une pensée émue pour Arnaud Beltrame et ses proches. Un authentique héros, à l’heure où ce mot est si souvent galvaudé. « L’homme est capable du meilleur comme du pire, mais plus souvent hélas du pire que du meilleur », écrit André Comte-Sponville. Vendredi dernier, on a eu les deux…

Je ne sais pas si ça vous fait le même effet. Mais moi, lorsque j’entends sur Arte, France Inter, France Culture, France Info, France 2, France 3, France 5, France 24 ou France 778 (au point où l’on en est) que « l’islamisme n’a rien à voir avec l’islam » ou que « l’immense majorité des musulmans n’ont rien à voir avec l’islamisme »… je tique un chouïa. Ceci dit, quel que soit le sujet, dès que quiconque entame une phrase par « l’immense majorité des » ou souligne que « ça n’a rien à voir », un léger rictus apparaît sur ma pomme, presque malgré moi. C’est quasi pavlovien. Je pressens aussitôt qu’il va s’ensuivre une version idéalisée de la réalité, un plongeon tête la première dans les méandres du politiquement correct : négation du réel au nom d’un idéal, confusion entre le vrai et le bien, basculement du monde réel vers le monde idéal… Bref, le grand plouf.

Tout le monde il est beau, tout le monde il est Charlie

C’est vrai quoi. Dans un monde idéal, l’immense majorité des automobilistes et a fortiori des motards respectent scrupuleusement le code de la route. Et l’ont toujours respecté. Dans un monde idéal, l’immense majorité des professions libérales (artisans, commerçants, travailleurs indépendants, garagistes, avocats, coiffeurs, restaurateurs, etc.) déclarent au centime près leurs revenus au fisc. Y compris les sommes perçues en liquide.

Dans ce monde-là, l’immense majorité des hommes n’ont jamais trompé leur femme ou leur petite amie. L’immense majorité des supporters de football font preuve d’une grande sportivité à l’égard de l’équipe adverse et de l’arbitre, l’immense majorité des joueurs étant eux-mêmes des exemples de fair-play sur la pelouse. L’immense majorité des chauffeurs de taxi parisiens sont aimables et souriants. Si une agression a lieu dans le métro, l’immense majorité des voyageurs présents interviennent aussitôt. Ce qui n’est guère étonnant puisque l’immense majorité de nos concitoyens sont altruistes, ponctuels, bienveillants, tolérants, courageux, rationnels, non violents, intègres, en pleine forme et ne mentent jamais. A commencer par l’immense majorité des lecteurs de Causeur et, surtout, de l’auteur de ces lignes.

Je rêvais d’un autre monde…

Dans un monde idéal, l’immense majorité des Français étaient gaullistes sous l’Occupation. D’ailleurs, Pétain n’a rien à voir avec la France. Tout comme le nazisme n’a rien à voir avec l’Allemagne, laquelle est uniquement la terre de Goethe et de Beethoven. L’Inquisition n’a rien à voir avec le christianisme et le stalinisme n’a rien à voir avec le communisme. C’est donc fort logiquement que l’islamisme n’a rien à voir avec l’islam, religion de paix et d’amour. Une religion pleinement – et sans contestation possible – compatible avec les valeurs de la République et des Lumières. Parmi lesquelles on trouve, en vrac : la laïcité, la liberté de conscience, la liberté d’expression, la liberté de changer de religion, l’égalité homme-femme ou encore la défense et le développement de l’esprit critique…

A lire aussi: Le « séparatisme islamiste » n’avance pas masqué, il est flamboyant

L’immense majorité des musulmans rejettent viscéralement toute forme d’antisémitisme, de sexisme et d’homophobie, ont été horrifiés par le 11 septembre 2001 et n’éprouvent aucune sympathie envers Dieudonné ou Tariq Ramadan. Bien au contraire. Enfin, et c’est sans doute le plus important : l’immense majorité des musulmans n’ont rien à voir avec l’islamisme. Et ce, même si les islamistes arrivent très souvent en tête lorsque des élections sont organisées en terre d’Islam. Et même si 28 % des musulmans en France (près de 50% chez les jeunes), selon un rapport de l’Institut Montaigne, placent la charia avant les lois de la République. Mais bon, comme « ça n’a rien à voir ».

Quel dommage que nous vivions dans le monde réel et non pas dans un monde idéal…

Lire la suite