Home Édition Abonné Décembre 2018 Aux Etats-Unis, ce sont les employeurs qui ont peur de perdre leurs employés

Aux Etats-Unis, ce sont les employeurs qui ont peur de perdre leurs employés

Le salarié américain a gagné la lutte des classes

Aux Etats-Unis, ce sont les employeurs qui ont peur de perdre leurs employés
Une offre d'emploi à Salem aux Etats-Unis, juillet 2018. SIPA. AP22259302_000001

Les salariés américains se portent bien. La perspective d’un manque de main-d’oeuvre incite les entreprises à les augmenter pour pouvoir les garder.


Aux États-Unis, traverser la rue pour trouver un emploi n’est pas un vain conseil, mais une réalité quotidienne. Il suffit de se promener dans n’importe quelle ville américaine pour trouver, placardées sur les vitrines des grands magasins ou des restaurants, des affiches de recrutement vantant les qualités sociales de l’entreprise (mutuelles, retraites).

A lire aussi: Comment le champion du monde des impôts peut-il être dans un si mauvais état?

Avec seulement 3,7 % de la population active au chômage, jamais depuis 1969 le salarié américain n’avait connu une telle position de force. Car la perspective d’un manque de main-d’œuvre incite les patrons à augmenter doucement, mais sûrement leurs salariés : de 4 % en moyenne cette année alors que l’inflation n’est que de 2 %.

Amazon augmente ses employés…

Ainsi, en octobre, le géant américain Amazon a relevé le salaire minimum de ses employés de 11 à 15 dollars de l’heure, soit une augmentation d’un peu plus de 36 %. Le patron milliardaire d’Amazon, Jeff Bezos, ne fait pas la charité : il craignait qu’un grand nombre de ses 250 000 salariés aux États-Unis (auxquels il faut rajouter 100 000 saisonniers) aillent voir ailleurs à l’approche de Noël. Bilan des courses : le moral des salariés américains est si haut que personne – pas même l’aile gauche du Parti démocrate – ne met la question de l’emploi au centre du débat politique.

…mais des entreprises sont en danger

Entamé sous Obama avant de s’accélérer durant l’ère Trump, le retour au plein emploi va-t-il durer ? Pas certain. Poussée à son comble, la pénurie de main-d’œuvre risque d’entraîner la faillite d’entreprises inaptes à répondre à la demande des clients. Simultanément, l’augmentation des salaires pourrait créer de l’inflation et conduire la Réserve fédérale à augmenter ses taux d’intérêt, ce qui affaiblirait la croissance, de l’ordre de 3 % cette année. Le déficit record d’un trillion de dollars (soit un milliard de milliards de dollars !) complète ce cocktail potentiellement explosif en vue de l’élection présidentielle de 2020. Mais, en bon stratège, Donald Trump pourrait jouer à qui perd gagne en imputant la responsabilité d’une éventuelle récession aux démocrates du Congrès. En meeting à la fin de la campagne des « midterms », le président américain l’annonçait déjà : « De toute façon, ma réélection sera plus facile avec l’aide des démocrates ! »

Partition: Chronique de la sécession islamiste en France

Price: 17,00 €

13 used & new available from 13,00 €

Décembre 2018 - Causeur #63

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Noël: la liste de dernière minute!
Next article Médias: un attentat et puis ça va?

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération