Le chanteur du groupe One Direction Harry Styles “choque” le web avec des clichés en robe des plus disruptifs


Harry Styles, ancien chanteur britannique des One Direction, est apparu en robe dans le dernier numéro de la version américaine du magazine de mode Vogue. Il appelle à se libérer des codes genrés. 

À l’ère de l’écriture inclusive et des questionnements sur le genre, l’homme viril et musclé – en costard ou en chemise – n’a plus la cote. Pour se défaire des stéréotypes, c’est paré d’une robe Gucci que la star apparait sur la couverture. D’ailleurs, il est ainsi le premier homme à faire seul la une du magazine de mode féminin, 127 ans après sa création. Comme convenu, ce cliché n’a pas manqué de faire le buzz, et de faire apparaître le chanteur comme un grand révolutionnaire, un de ces rares “courageux” à oser briser les codes. Pourtant, il était déjà apparu en bottines à talons lors du MET Gala 2019, ce que rappellent certains fans qui suivent de près leur idole.

No border

Dans l’entretien qui accompagne la séance photo, Harry Styles récite le discours convenu: « Quand tu dépasses le vieux “y’a des vêtements pour les filles et des vêtements pour les garçons”, une fois que tu vas au-delà de ça et des barrières que ça implique, eh bien tu ouvres tout un champ des possibles avec lequel t’amuser (…) C’est comme tout, dès que tu te mets des barrières dans la vie, tu te limites… »

A lire aussi: Angèle, balance ton féminisme de bazar!

Du coté des conservateurs, que la presse progressiste aime présenter comme des « adeptes du masculinisme », on n’a pas tardé à réagir. L’Américaine Candace Owens – qui était apparue en France lors de la Convention de la droite de Marion Maréchal en 2019 – lâche sur Twitter : « Aucune société ne peut survivre sans des hommes forts. L’Est le sait. En Occident, la féminisation constante de nos hommes, et le marxisme enseigné dans le même temps à nos enfants ne sont pas une coïncidence. C’est une attaque pure et simple. Ramenez des hommes virils! » Même son de cloche du côté du Républicain Ben Shapiro, passé par Breitbart news: « Prétendre que les hommes s’habillant comme des femmes ne féminisent pas les hommes est ridicule (…) La gauche en est consciente, bien sûr. Le but derrière cette séance photo est de féminiser la masculinité. » L’heure serait selon eux à l’abolition de la masculinité traditionnelle, volontiers qualifiée de “toxique” par les militants féministes.

Si même Gillette s’y met

La presse anglo-saxonne s’est enthousiasmé pour le cliché de Styles, salué comme courageux. Pas de risque de boycott macho, de très nombreuses célébrités s’étant empressées de le soutenir, comme l’acteur Elijah Wood (vu dans la trilogie «Le Seigneur des Anneaux») qui a écrit sur Twitter: « La masculinité seule ne fait pas l’homme. » L’actrice Jameela Jamil avance de son côté une analyse des plus renversantes: « Harry Styles est totalement viril, car la virilité est tout ce que vous voulez qu’elle soit. » 

A lire aussi: Le blasphème de Maïwenn dans «Paris-Match»

“Questionner” les “stéréotypes de genre” est en réalité devenu la nouvelle norme. Cette semaine, le vendeur de rasoirs Gillette s’y est mis. On savait les publicités d’autrefois – où des hommes musclés et virils rasés de près partaient à la conquête de jolies blondes -complètement passées de mode. La marque passe à la vitesse supérieure. Pour la Journée internationale de l’homme, Gillette a crânement affiché de nouvelles égéries, en affirmant que désormais « la perfection au masculin se conjugu[ait] au pluriel. »

Une campagne de communication d’un genre inédit présente un couple homosexuel, ou un homme transsexuel (une femme devenue homme, dont on devine que les seins ont été retirés par un chirurgien).

C’est donc un virage à 180 degrés pour la marque de Procter & Gamble, qui a longtemps utilisé les codes masculins traditionnels pour vendre ses rasoirs. Sans surprise, le magazine LGBT Têtu est aux anges: « Gillette France prouve encore une fois qu’ils ont tout compris avec une nouvelle campagne parfaite. » Gillette n’en est en effet pas à son coup d’essai. Dans la foulée du mouvement MeToo, en janvier 2019, elle avait changé de slogan, et produit un clip pour dénoncer les mauvais comportements des hommes. Une pub qui visait à dénoncer la « masculinité toxique », toujours selon la marque. Bien rasé ou pas, l’homme nouveau partira-t-il courageusement défendre la patrie comme Styles dans le film « Dunkerque » de Christopher Nolan, si la guerre était déclarée?

Ha ! Causeur tout de suite les questions qui fâchent!

Lire la suite