Home Culture “Bien sûr que si!”


“Bien sûr que si!”

ou le bréviaire amoureux de François Kasbi

“Bien sûr que si!”
Franvois Kasbi. Photo : Patrick Iafrate.

 Bien sûr que si! est paru le 5 mars 2020 aux Editions de Paris-Max Chaleil…


Un frou-frou de papier, d’ailes ou de nuages. Un bouquet de marguerites. Un encrier deviné. Nuits blanches de pages que le ventilateur emporte. La première de couverture, telle une coupe de champagne, est promesse d’ivresse. Je t’ai quittée pour mieux te chanter. Parce que je t’aime dans la seule maison que je sache habiter : une maison de mots. Peu importe ton nom : « Je t’apporte l’enfant d’une nuit d’Idumée. »

Une autobiographie amoureuse, fictive ou réelle

François Kasbi, connu pour son Bréviaire capricieux de littérature contemporaine pour lecteurs déconcertés, désorientés, désemparés (Les Editions de Paris-Max Chaleil) nous offre ici, dans Bien sûr que si ! paru en mars aux mêmes éditons, une autobiographie amoureuse, fictive ou réelle. Celui qui dit « je » lui ressemble comme un frère : un fou de littérature qui croit – rien de plus vrai ! – que la vie est un roman. Elle s’appelle Clarisse. Elle est la poésie du monde. Le clair de terre pour cet amoureux de la nuit.

A lire aussi: François Kasbi, la littérature à l’estomac

Le texte apparaît par vagues ourlées : un décousu fait main tout d’une pièce. La première partie, c’est le récit d’un amour « en plein cœur fait de bric et de broc » — la vie d’une étudiante et d’un écrivain, – dans un Paris en noir et blanc délicieusement inactuel. Ce sont les dîners et les promenades. Ce sont les livres, surtout, offerts, lus ensemble, pris dans la librairie de lui, auxquels l’histoire renvoie, encore et toujours, faisant de ce livre un véritable bréviaire amoureux, avec ses heures d’émerveillement et d’harmonie, puis les dissonances et la rupture – voulue par lui. Rien que de banal : mais tout cela est dit avec délicatesse et humour, avec poésie. La modernité nous a habitués à ne pas faire d’analyses quand nous parlons d’amour. Quelques mots suffisent : « la vie, ce n’est pas la littérature ». La première vague narrative se brise, après cinq ans d’absence, sur une réflexion ironique : « Je vais tourner la page, renouer avec le vivant. » Le vivant ? L’auteur ne l’a jamais quitté lors même que Clarisse lui avait donné – belle performance ! – le goût de la monogamie. La deuxième partie fait un catalogue romanesque des amours contingentes. La « maison de mots » (l’expression est de Bernard Frank) « des années Clarisse » va-t-elle devenir un tombeau littéraire ? Non, car Clarisse est une assurance  pour la vie.

Dame littérature

Dans ce roman, on l’a compris, la dame élue, c’est la littérature. Le chevalier a relevé le gant : le défi qu’il s’était lancé « d’écrire Clarisse ». Il a remporté la manche et la belle. Le style est souple, alerte, poétique et cocasse. Il y a surtout de la tendresse, de l’humanité : là en est tout le prix non dans une prouesse technique. Mais, direz-vous, les citations ? L’auteur les assume. O indiligent lecteur, souviens-toi, mutatis mutandis, des citations latines de Montaigne ! Ces auteurs vers lesquels Montaigne tendait la main dans sa « librairie » étaient des amis dont il te faisait partager l’amitié. Les citations de François Kasbi t’agacent parfois ? Parfait ! Elles t’ouvrent à des amis inconnus dont la liste est infinie. Surtout ces références ancrent l’histoire dans son vrai terreau en déjouant le piège du romanesque : la vraie vie est ailleurs. Le titre du livre a failli être Allégeance du nom du beau poème de René Char. À toi, lecteur, de faire allégeance à cet amour très littéraire.

La fin de l’histoire ? Clarisse serait revenue. Elle aurait pris, avec confiance, le parti du romanesque à deux. Tout recommence still et again. Une semaine après, elle est enceinte. Du livre que tu as, lecteur, entre les mains. Une autre histoire d’amour ? Bien sûr que oui ! In coda laetitia. Le livre qui chante Clarisse est dédié : « A Fanny qui /A Fanny que / A Fanny dont » etc. Dans le champ littéraire, l’écrivain est toujours vainqueur. Ce récit dense, raffiné, plein d’humour est à lire impérativement en temps de confinement.

Bien sûr que si !

Price: 15,00 €

11 used & new available from 10,50 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Les cités craquent: la faute à quoi?
Next article La surmortalité limitée autorise une relance plus audacieuse
Marie-Hélène Verdier est agrégée de Lettres classiques et a enseigné au lycée Louis-le-Grand, à Paris. Poète, écrivain et chroniqueuse, elle est l'auteur de l'essai "La guerre au français" publié au Cerf.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération