Home Édition Abonné Facebook a fait de nous une colonie numérique des Etats-Unis


Facebook a fait de nous une colonie numérique des Etats-Unis

La société de contrôle

Facebook a fait de nous une colonie numérique des Etats-Unis
Mark Zuckerberg révèle les nouvelles ambitions de son réseau à l'occasion de la Facebook F8, la conférence annuelle de l'entreprise à San José, 30 avril 2019. Photo: Andrej Sokolow/dpa/AFP

Jadis libertarien, le fondateur de Facebook réclame désormais un meilleur contrôle d’internet par les Etats. Si le PDG du réseau social aux 2 milliards d’utilisateurs se pose en défenseur de la démocratie contre les “contenus haineux”, sa croisade cache l’emprise croissante des GAFAM sur nos vies.


Mark Zuckerberg, jadis chantre du libertarisme d’internet, a surpris tout le monde en réclamant le 30 mars[tooltips content=”Voir sa tribune publiée dans le Journal du Dimanche, le 30 mars 2019“]1[/tooltips] une intervention plus forte des États dans la régulation du web. Il a récidivé le 10 mai, en allant à l’Élysée baiser la babouche du président Macron qui souhaite que la France invente pour l’Europe un nouveau modèle de régulation d’internet. Sur sa lancée, Zuckerberg approuvait l’« appel de Christchurch » contre les contenus terroristes ou extrémistes, lancé à Paris le 15 mai à l’initiative concertée de plusieurs dirigeants et copiloté par la Première ministre néozélandaise et Emmanuel Macron en personne.

Sus aux contenus haineux!

L’adulescent le plus puissant de la planète en appelle donc désormais aux gouvernements pour mieux protéger les données et la vie privée des milliards d’utilisateurs de la toile. Plus globalement, il se pose en défenseur de la démocratie en invitant les autorités à l’aider à protéger les citoyens des « contenus haineux » et à préserver les élections des manipulations occultes dont les algorithmes de Facebook ont joué dernièrement les idiots utiles. De Trump ou Zuckerberg, l’idiot n’était peut-être pas celui qu’on croyait…

Pour beaucoup, le premier réflexe a sans doute été de se réjouir de ce revirement. En effet, cet aggiornamento peut sembler historique de la part de quelqu’un qui déclarait obsolète le concept de vie privée en 2010, ou qui trouvait bien des vertus au RGPD européen… tout en refusant d’étendre ce concept à ses utilisateurs américains.

Un pouvoir délirant

Il ne faut toutefois guère se faire d’illusions quant à la sincérité de l’austère porteur de T-shirts. Après le scandale « Cambridge Analytica » et l’attentat de Christchurch diffusé en direct sur Facebook Live, Zuckerberg se devait de montrer qu’il a compris certains errements de son réseau social. Ce virage sur l’aile a néanmoins tout du plan de communication destiné à rassurer ses 2 milliards (!) d’utilisateurs, mais également les gouvernants qui commencent à réaliser l’ampleur des pouvoirs délirants concédés aux GAFAM.

La bonne volonté affichée par le patron du média le plus puissant de la planète ne va cependant pas jusqu’à la revente des « sous-réseaux sociaux » qu’il a acquis – WhatsApp (1,5 milliard d’utilisateurs) ou Instagram (1 milliard). Du reste, on attendra encore longtemps un engagement de l’un des quelconques patrons des GAFAM visant à cesser de racheter toute start-up prometteuse susceptible de lui faire concurrence.

Mark Zuckerberg: multiculti et coincé!

En ce qui concerne la censure des contenus haineux, personne ne s’opposera à l’impossibilité de diffuser en direct une boucherie comme celle de Christchurch – les réactions au carnage identitaire néozélandais montrent que nous aurions pu réagir plus tôt à vingt ans d’islamisme YouTube. On aimerait aussi que les œuvres de Delacroix ou de Courbet ne soient plus bloquées par Facebook pour cause de pudibonderie américaine. Multiculti et coincé, Zuckerberg propose d’intégrer de nouveaux critères de censure (comme ceux prévus par la loi « anti-fake news » de Macron), sans remettre en cause le « bon sens californien » à base d’immigration heureuse, de communautarisme festif et de traque du moindre téton. Du côté des Bisounours d’En marche, on doit « liker » dur.

Quant aux États, ils auraient tort de prendre pour argent comptant les déclarations d’un gamin devenu plus puissant que la plupart d’entre eux – concédons que ceux qui disposent de l’arme nucléaire peuvent encore lui tenir tête. Après avoir appelé à une plus grande régulation de la toile par les gouvernements légitimes – sans rigoler – Zuckerberg a confirmé son intention de créer une cryptomonnaie sur le modèle du bitcoin. Offrir à deux milliards d’Homo economicus la possibilité de commercer à l’aide d’une devise échappant au contrôle de tout État s’apparente à une déclaration de guerre contre l’un des derniers privilèges régaliens de nos vieilles Nations. Si l’on considère que lui et ses homologues des GAFAM se rient depuis des années de la fiscalité en jouant à une espèce de saute-mouton, où la dernière étape est toujours un paradis fiscal, on incitera nos dirigeants à la plus grande méfiance. Le changement de pied de Zuckerberg devrait plutôt les amener à prendre conscience de l’aporie créée par ces hydres transnationales. Devenues des Stasi 2.0 privées, mais « cool », on ne peut ni les arrêter ni les laisser se développer.

Dramatique inconséquence

Le plus surprenant, finalement, c’est que nous, citoyens, laissions faire et même encouragions. À quel scandale aurions-nous assisté si, dans les années 1990, France Télécom avait annoncé que l’opérateur enregistrait toutes nos conversations téléphoniques ? Aurions-nous accepté que la poste, jadis, lise et photocopie tous nos courriers ? C’est pourtant ce que font les GAFAM depuis vingt ans dans l’indifférence générale. Ces groupes exercent désormais à l’échelle de la planète des missions de service public qui leur ont été abandonnées avec une inconséquence dramatique.

Les États-Unis ont su par le passé démanteler des sociétés dont le monopole leur semblait menaçant. AT&T régnait jusqu’en 1982 sur le téléphone de 300 millions d’Américains, avant d’être scindée en plusieurs entités. L’ex-géant du téléphone fait pourtant figure de nabot inoffensif si on compare sa domination à celle exercée par Google ou Facebook. Les GAFAM, qui enregistrent tous les faits et gestes de milliards d’individus, auraient logiquement dû, eux aussi, tomber sous le coup du Sherman Antitrust Act. Si les Américains hésitent à recourir à cette arme, c’est à cause de leurs concurrents chinois, les BATX, bien utiles au gouvernement dans la course à l’intelligence artificielle (côté face) et dans la mise en place d’un État policier (côté pile).

Ne nous résignons pas

L’Europe n’a plus beaucoup de temps pour échapper au destin qu’elle semble avoir accepté avec résignation : devenir une colonie numérique américaine, régie par les dogmes californiens en matière de mœurs et de société. Voilà un argument dont pro et anti-européens auraient dû s’emparer à l’occasion des élections du 26 mai dernier. Certes, seule la taille du continent peut faire le poids pour créer un Amazon ou un Facebook de ce côté-ci de l’Atlantique – un bon argument pour les pros. Mais comment ne pas s’étonner que notre indépendance numérique, essentielle, ait pu être autant négligée par une Union européenne décidément pusillanime dès qu’il s’agit de défendre ses intérêts vitaux ? En attendant, une chose devrait être claire : il ne faut pas faire confiance à Zuckerberg et consorts.

Facebook m'a tuer

Price: 6,95 €

55 used & new available from 0,60 €

L'homme nu - La dictature invisible du numérique

Price: 17,90 €

69 used & new available from 0,50 €

1984

Price: 8,60 €

40 used & new available from 1,39 €

Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article “Chernobyl”, la dernière bombe d’HBO
Next article Canicule: la France a peur

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération