Les Etats-Unis sont un pays étrange. Commençons par la nourriture. Tout y est abominablement mauvais. Les fruits n’ont aucun goût, on peine à distinguer un melon pas mur d’une mangue pas fraîche, croquante comme des radis trop mous. Le raisin est servi égrené, dur, homogène, les fraises sont creuses pour les rendre plus grosses… Ne parlons pas du café que l’on a du mal à distinguer du thé… ou de l’eau de vaisselle. En fait, le plus extraordinaire, c’est que ce n’est pas mauvais pour une raison naturelle: c’est rendu mauvais par toute une industrie dont c’est la raison d’être. Un collègue canadien me faisait remarquer qu’un Américain (nous étions au Maroc dans la région des cerisiers et j’offrais à la ronde des cerises en vrac franchement cueillies) n’acceptera pas de la nourriture qui ne sorte pas d’une usine… Et cette industrie a pour mission implicite d’empoisonner son propre peuple qui multiplie les pathologies liées à la malbouffe dont la plus visible est l’obésité. Tout cela lié à un système de santé aberrant qui coûte près de 20% du PIB (contre 8 à 10% en France) pour une espérance de vie de l’Américain de 5 ans inférieure à la France. La différence vient des coûts administratifs liés aux contentieux avec les compagnies d’assurance privées…

Le pays où les ignares deviennent présidents

Les États-Unis ont hérité d’une belle langue, l’anglais, la langue de Shakespeare, langue de théâtre et de poésie. Ils en ont fait un sabir horrible qu’ils mâchouillent avec une voix de Donald Duck. Les villes sont laides, se ressemblent toutes, la nature (magnifique à l’intérieur du pays) n’est gérée que si c’est une occasion de business ou d’exploit sportif. Aux États-Unis, on est obèse ou on veut grimper à l’Everest parce qu’on peut se le payer. On voit ces Américains dans nos Alpes venir « faire le Mont Blanc » parce que « I can pay for that » quand bien même ils n’ont aucune compétence alpine. On les reconnait de loin à leur matériel flambant neuf qu’ils ne savent pas utiliser… et on se tient à l’écart, c’est plus prudent.

En fait, tout est vulgaire dans ce pays. Du christianisme il ne reste qu’une bigoterie et Luther, qui a combattu le rachat par les œuvres, serait épouvanté par l’utilitarisme des pratiques de la myriade d’églises protestantes. La bureaucratie est omniprésente, l’obsession du due process fait que tout fait l’objet d’une procédure inélastique appliqué par tout employé qui « fait son job » en mettant un point d’honneur à rejeter toute intelligence de situation, et qui peut vous pourrir la vie si, pour une raison que vous ne comprendrez pas, vous avez le malheur de passer pour un asshole à ses yeux. On a en tête les mésaventures des petites françaises parties comme jeunes filles au pair qui se retrouvent menottées et incarcérées pour travail illégal… Passons sur l’inculture abyssale de l’Américain moyen (et même élevé: on se rappelle G.W. Bush!), dont 50% n’ont pas de passeport et ne sont jamais sortis du pays, sur le caractère fondamentalement belliciste de ce pays qui bombarde à tire-larigot tout pays qu’il n’estime pas « démocratique »… et qui contrarie sa politique de puissance.

Remise en question permanente

Alors pourquoi cette réussite économique? Il faut saluer ici l’ouvrage de David Fayon Made in Silicon Valley dont je recommande chaudement la lecture pour comprendre le dynamisme américain. Ce n’est pas un livre américanolâtre à la Servan Schreiber. David est un acteur reconnu du monde de l’intelligence économique qui vit et prépare sa thèse en Californie, il a interrogé plusieurs dizaines d’entrepreneurs français et américains et des chercheurs, dont votre serviteur. Il nous dresse un tableau précis de ce qu’est être entrepreneur aux Etats-Unis, l’état d’esprit, les conditions pour entreprendre, bref, ce que l’on appelle en économie institutionnelle un milieu innovateur pour comprendre comment un ensemble de facteurs rendent possibles l’émergence de GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft dont la capitalisation boursière dépasse le PIB de la France) dont David Fayon nous présente la stratégie de croissance ?

Ces entreprises sont conçues comme des écosystèmes capables de se reproduire et d’évoluer. Le cas d’Apple est le plus connu avec une architecture cœur, l’Iphone, autour de laquelle viennent se greffer des concepteurs d’applications qui payent une redevance. Chaque appli créée renforce l’attractivité d’Apple. Stratégie copiée par Samsung mais qui ne dispose pas de son propre système d’exploitation et qui est donc tributaire des stratégies de mise à jour d’Android. L’innovation est permanente sachant que se croire parvenu au sommet de l’affiche est mortel comme ce fut le cas pour Nokia qui ne vit pas venir le smartphone.

L’échec n’est pas une faute mais un atout pour demain

David prend pour référence le milieu de l’innovation numérique de la Silicon Valley mais sans ignorer et faire la différence avec la côte Est, avec des comparaisons très étayées et pertinentes avec d’autres pays comme le Japon (dont la France est beaucoup plus proche culturellement pour le style de management et de décision). Il identifie des facteurs de succès que j’ai pu moi-même constater durant mes années passées comme associé d’une firme québécoise de consultation. Les Québecois sont des êtres hybrides, des Américains qui parlent français et qui sont cultivés. Mais on y retrouve les mêmes traits qui sont absents chez nous: soutien à l’initiative, à l’innovation, à la prise de risque quand, dans nos grandes écoles et nos formations au management, on nous apprend la « prudence », la peur de l’échec et la gestion des carrières, la plus linéaire possible. L’échec n’est pas une faute mais une erreur pourvoyeuse d’informations pour un succès futur. Tout notre système est anti innovation et prise d’initiative, quand bien même il se complait, par aplaventrisme, dans une adoration de l’Amérique – à laquelle, en fait, il ne comprend rien – et au dénigrement de soi.

Il y a une dizaine d’années, quand à 50 ans passés, vendant les parts de mon entreprise, je me lançais dans une nouvelle carrière de professeur, je soutenais ma HDR devant un jury international. Les Européens soulignaient l’originalité de ma démarche de multiplier les parcours professionnels et de m’engager dans une carrière académique, alors que les professeurs québécois soulignaient qu’en Amérique du Nord cela était loué et encouragé, et bien normal. Nos « élites » qui vénèrent le libéralisme le vénèrent comme elles ont vénéré le marxisme: une logique déductive, qui prétend tout concevoir parfaitement par la théorie avant de passer à la pratique, rejetant le tâtonnement empirique par essais et erreurs – qui sait différencier l’erreur de la faute – qui est à la base de l’innovation. Cette innovation doit trouver facilement des financements à risque, ce qu’elle ne trouve pas en France, je l’ai vu durant mes années à Bercy dont la politique en pratique se résume à envoyer les jeunes entreprises innovantes dans les bras de capitaux américains ou quataris.

Un Etat très impliqué

S’y ajoute la politique publique qui, contrairement au crédo partagé par nos supposées élites, est très active. En complément de la lecture du livre de David, je recommande à nouveau celle de Mariana Mazzucato The Entrepreneurial State qui décrit l’interventionnisme extrême de l’Etat américain en faveur de ses entreprises, allant du protectionnisme direct et indirect aux aides financières massives. De quoi déclencher une crise cardiaque à un commissaire européen. La traduction en français de ce livre indispensable m’a été refusée par les PUF au motif qu’il défend une conception dépassée de l’économie… On sait à qui, malheureusement, appartiennent désormais les PUF.

David Fayon termine son ouvrage en formulant quelques recommandations sur la France. Elles reprennent mes analyses sur l’Etat stratège. Un grand merci David pour cet ouvrage bien écrit, agréable à lire et très utile.

Lire la suite