Quantcast
Home Société Et du coup, vous prenez des vacances ?


Et du coup, vous prenez des vacances ?

Et du coup, vous prenez des vacances ?
Des élèves d'une école primaire du XVIIe arrondissement de Paris étudient la conjugaison à l'aide d'un Bescherelle © LCHAM/SIPA

Une ignoble expression de la pauvreté du langage de nos congénères écorche sans cesse nos oreilles. Et du coup, allons nous y confronter.


Peut-être est-ce le fait de mon esprit vagabondant mais jamais -du coup- je n’ai été autant interpellée par ce vocable unique qui rythme la vie : de la guerre en Ukraine qui -du coup- va nous faire subir de terribles répercussions économiques à la rentrée, jusqu’à l’heure de l’apéro qui – du coup – nous fait diner trop tard. Jugez un peu : il a eu son bac, du coup il s’inscrit à la fac- j’ai eu ma troisième dose de vaccin, du coup je ne mets plus de masque- je suis en vacances, du coup je n’ouvre plus mes mails-On n’a pas de réseau, du coup j’ai débranché mon portable- je suis à la montagne -du coup-je fais des randonnées…

Les conséquences de chaque instant, la réaction à chaque ébauche de situation nous font désormais immédiatement conclure avec un remarquable sens de la cause à l’effet, du coup- est le raccourci idéal, le nouveau CQFD (ce qu’il fallait démontrer) mais comment avons-nous pu vivre sans ? Comment arrivions-nous à expliquer l’enchainement de nos pensées ou de nos actes ? Quel gain de temps !

-Du coup- a réduit toutes les digressions qui permettaient d’expliquer un cheminement de semblant de pensée pour aller d’une idée à l’autre. Un nouveau twitt de la pensée logique. On comprend mieux le principe des promesses politiques : une simple assertion et -du coup-tout s’arrange. Plus qu’un tic de langage, et si c’était une immense paresse intellectuelle qui s’installait ? plus besoin de s’expliquer quoique ce soit, « du coup » s’en charge.

À lire aussi : Qui peut encore rater la nouvelle épreuve du bac de français?

Une suggestion : faire apprendre par cœur aux adeptes du fast-food sémantique, des synonymes qui pourront au moins les aider à l’écrit, parce -du coup- à l’oral « ça peut le faire » mais dans une dissert’ « ça ne va pas le faire » (même si le prof est un adepte) car vous l’avez remarqué tous en sont atteints. Vous êtes le premier exaspéré et -du coup- vous hurlez de rage contre vous-même quand le mot vous échappe par lavage de cerveau environnemental. Le langage est une convention et en avoir réduit toutes les nuances et toutes les circonstances à une formule aussi rudimentaire témoigne d’un désir alarmant d’appauvrissement de l’explication d’une causalité.

Tentons en famille l’exercice des synonymes ? 

DU COUP :

De ce fait ; En conséquence de quoi ; Dès lors ; Et nous avons décidé de ; Cela m’a entrainé à ; Tant et si bien que ; C’est à la suite de cela que ; Grâce à cela ; Cela a entrainé le fait que ; Voilà qui a changé le cours des choses ; Ce qui a permis de… [NdlR : on pourrait y ajouter le prétentieux, mais fidèle « subséquemment »].

On peut en faire le jeu de l’été : « remplacer -du coup -par des expressions adaptées. »

Au pire, plus personne n’osera plus vous adresser la parole, ce qui peut avoir du bon en vacances. Pour la rentrée, prévoir un pot commun au bureau avec 20 centimes d’amende à chaque mot fatal, grosse cagnotte en vue…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Pelosi joue avec des allumettes
Next article Un été à Miradour : chronique familiale
Chef d'entreprise, présidente du mouvement ETHIC.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération