Home Culture De la bonne musique sous le sapin!


De la bonne musique sous le sapin!

Pas plus de 6 CD!

De la bonne musique sous le sapin!
Bob Dylan en concert à Hyde Park (Londres), le 12 juillet 2019. © Richard Young/REX/SIPA Numéro de reportage : Shutterstock40718291_000001

Le gouvernement nous enjoint de respecter une jauge de six personnes pour Noël. Nous vous proposons donc six CD pour ce Noël en comité restreint! À consommer… sans modération!


Avec les mesures sanitaires drastiques actuelles, il s’agit de la jouer pianissimo pour un bon déroulé de la soirée du réveillon, sans stress, sans infraction à la loi. Car à six personnes maximum autorisées, il ne faudrait pas que le huis-clos de l’année tourne au drame. Imaginons : si papy et mamie, du fond de leur cuisine, réclament – en plus de la moitié de la bûche – du Jack Lantier… que faire ? D’autant que votre Jack à vous, c’est Jack Daniel’s ! Pour que la distanciation sociale ne se transforme en fracture sociale, il faudra accéder aux souhaits de tous, à l’ère du « en même temps ». Mais veillez à bien fermer la porte de la cuisine avant de déballer les cadeaux musicaux (choisis parmi les disques sortis cette année) !

L’Âge d’or (1960 – 1967) – Intégrale Léo Ferré Volume 2

Retrouvez à petit prix la première période Barclay de Ferré en 16 CD, d’une réussite artistique écrasante – grâce notamment aux arrangements de Jean-Michel Defaye – avant que le futur exilé anarchiste ne déconstruise tous les codes de son art majeur, à partir de la mort de sa guenon adorée Pépée, survenue en 1968. Ce coffret est frappé du sceau de la poésie jetée à la rue, comme une idée fixe. C’est d’abord celle d’Aragon qui brille d’un éclat féerique sur la partition et dans la voix du maître, puis les fameux doubles inégalés : Verlaine et Rimbaud (l’éternité de Ferré, c’est l’enfer de Rimbaud allé avec l’âme saturnienne de Verlaine) et Léo Ferré chante Baudelaire, spleenesque au possible. Sans compter les innombrables moments de grâce de sa poésie à lui, majestueuse de beauté vraie. « Ferré années 60, c’est ce qu’on a fait de mieux dans la chanson française, avec Gainsbourg même époque ou, mieux encore, Trénet années 37-50. Un temps de fécondité sidérante où tout est là, l’élégance suprême mêlée à cet art de la prise de parole que Ferré, seul, a su maîtriser et qu’il saura porter à son point d’incandescence, de lyrisme moderne, d’écriture déstructurée dans les années 70 », approuvait le critique Thierry Jousse en 1996.

I Am Not a Dog on a Chain de Morrissey

 « Emmanuel à la guillotine / Parce que les gens comme toi me fatiguent tant / Quand mourras-tu ? / Les gens comme toi me font sentir si vieux / Meurs s’il te plaît »…

Un chanteur populaire français pourrait-il vocaliser sur disque et sur scène de telles paroles, présentant ce texte comme le rêve du bon peuple ? Assurément non. Mais remplacez Emmanuel par Margaret, et vous obtenez « Margaret on the Guillotine », morceau publié par Morrissey sur son premier album solo en 1988, quand Thatcher occupait encore le 10 Downing Street. Morrissey n’était alors pas à proprement parler un obscur punk sur le retour mais le chanteur des Smiths, groupe vénéré au royaume de Sa Gracieuse Majesté (le deuxième album du combo, Meat is Murder, s’est classé numéro un des ventes là-bas en 1985).

A lire aussi: Emmanuelle Béart modernise les chansons de son père

Pour mémoire, Margaret Thatcher était surnommée « la Dame de fer » pendant son long mandat… Voilà donc un artiste que le courage n’étouffe pas. Ça nous change des saltimbanques français qui s’excusent au bout de dix jours après leur « mouvement d’humeur » contre le gouvernement ou qui effacent discrètement leurs posts anti-Macron publiés sur les réseaux sociaux dans un moment d’égarement, sans parler de ceux qui ont retourné leur Gilet jaune quand ils se sont souvenus que la doublure était en vison…

N’est pas Balavoine qui veut. Et si un seul ose sortir du bois dormant sans complexe, il est cloué au pilori par la confrérie. « Chaque dictature fonde ses bases sur la création d’un homme nouveau, la mise en place d’un parti unique, un culte forcené de la personnalité, une exaltation de la force et bien sûr un contrôle policier. Pour arriver à ses fins, la dictature a besoin des artistes pour illustrer sa propagande, par des œuvres d’art, par des affiches, mais à sa botte », nous préviennent Brigitte et Jean-Jacques Evrard dans un article, « Être artiste sous la dictature », publié sur Partages.art. À bon entendeur… Morrissey, lui, clame haut et fort qu’il n’est pas un chien en laisse. Il est aujourd’hui plus en forme et populaire que jamais, comme l’atteste son nouvel album sorti en début d’année, dont nous avons fait la recension ici. Le disque (chef-d’œuvre !) s’est classé N°3 au Royaume-Uni (N°1 des albums indépendants), N°7 en Espagne, N°12 au Portugal, N°13 en Allemagne et a même obtenu une honorable 44ème place dans le Billboard américain.

Année 2020, année de la lose, sauf pour le « Moz », dont l’ultime clip résonne à merveille avec cette période covidienne de tous les loupés, de tous les ratés, comme un hommage subliminal :

 

The Slow Rush de Tame Impala

Puisque nous avons collectivement basculé dans la quatrième dimension cette année, autant écouter une musique venue de l’espace, avec le dernier album de l’australien Tame Impala, sorti en février. Sur des boucles électro-funk, un univers sonore anti-anxiogène se déploie par couches toutes plus oniriques les unes que les autres. Il y a tant de choses à entendre dans ces chansons qui redonnent leurs titres de noblesse à la dance music et au groove kitschissime, agrémentées d’une touche psychédélique du meilleur effet, reléguant la « French touch » au rayon des vieilles bricoles honteuses. Une grâce innée enveloppe les compositions de Kevin Parker (le concepteur du projet), héritier brillant de Giorgio Moroder.

Il est temps de pousser les tables et de faire revenir papy et mamie de la cuisine, pour une valse cosmique à deux mètres du sol, en respectant les règles de distinction sociale, les seules qui vaillent pour vivre dans une société guérie de ses névroses.


En bref, trois autres idées cadeaux musique pour les fêtes :

  • Serpentine Prison de Matt Berninger. Il s’agit du premier album solo du chanteur de The National. Ouaté, velouté, distingué, comme un bon disque de… The National.
  • Music to Be Murdered By de Eminem. Un rappeur qui s’en réfère à Hitchcock pour habiller et ambiancer son album ne peut pas être mauvais. Alfred aurait approuvé cette exquise attention venue du serial killer musical le plus célèbre de la planète. Une livraison parmi les meilleures de l’artiste, renouant avec l’esprit à la fois percutant et mélodieux de ses débuts. Éminemment culte, déjà.
  • Rough and Rowdy Ways de Bob Dylan. Notre griot des temps modernes à la voix éraillée par trop de concerts et d’excès (seul le Covid aura eu raison du Never Ending Tour) nous revient avec un album au souffle long et au charme délicieusement suranné. On entendrait presque le bois craquer dans ces flocons d’éternité.

JOYEUX NOËL!

 

 


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article “Marion Maréchal candidate, ce n’est pas pour 2022!”
Next article L’État et le Covid: experts partout, politique nulle part
est l'auteur de nombreux ouvrages biographiques, dont Jean-Louis Murat : Coups de tête (Ed. Carpentier, 2015). Ancien collaborateur de Rolling Stone, il a contribué à la rédaction du Nouveau Dictionnaire du Rock (Robert Laffont, 2014) et vient de publier Jean-Louis Murat : coups de tête (Carpentier, 2015).

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération