Home Économie Corvée de consommation

Corvée de consommation

L'automatique, pas si pratique que ça

Corvée de consommation
Caddies pleins à Fréjus © D.R.

Quand le passage au tout automatique du Géant Casino de Fréjus ne se passe pas comme prévu…


Qui ne connaît pas les joies des « caisses express » automatiques des grands supermarchés ? « Veuillez passer votre premier article devant le lecteur », ordonne gentiment une voix de femme métallisée. Avant de vous convier à « déposer votre article, s’il vous plaît ». Une, deux, trois fois. Vous vous sentez habile comme une caissière mais patatras, vous voilà coupé dans votre élan et les ennuis commencent : « Attention ! Problème de contrôle, êtes-vous sûr d’avoir déposé le bon article ? »

Après avoir pesté contre cette machine qui non seulement ne fonctionne pas, mais vous prend en plus pour un imbécile, vous appelez au secours (généralement plus d’une fois) l’un des employés en gilet rouge affairés à courir d’une machine à l’autre pour aider les clients perdus. Quand vous arrivez enfin au bout de vos peines, mieux vaut ne pas avoir oublié sa carte bancaire, le paiement en espèces étant souvent « momentanément indisponible ».

À lire aussi : Ligue des champions culinaire: la France battue par les Anglais?

Le samedi 1er mai, le Géant Casino de Fréjus a eu la riche idée de tenter le tout automatique. Forcément, ça ne s’est pas très bien passé. Exaspérés par l’attente interminable, nos compatriotes varois ont carrément déserté les lieux, abandonnant leurs caddies sur place. Bilan des courses, 168 chariots remplis de bouffe livrés à eux-mêmes dans les allées de la grande surface.

Ce qui a eu le don de chagriner nos confrères de Var Matin : « À une époque où de pauvres gens font la queue devant les Restaurants du Cœur et d’autres associations caritatives pour manger, d’autres n’ont même pas le respect de la nourriture. » Certes, mais Géant Casino a-t-il le respect de ses clients ? Oubliant que c’était la Fête du travail, Force ouvrière ne s’y est pas trompé : « Ce qui s’est passé est un argument supplémentaire pour remettre des salariés dans les magasins. » La vraie conclusion qui s’impose est que la société de consommation ne résiste pas à l’impatience des consommateurs.

Juin 2021 – Causeur #91

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Simon Casas: « La tauromachie a signé mon divorce avec l’époque »
Next article « Mimi » en garde-à-vue: mais que va devenir Macron?
est professeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération