Home Médias Causeur: Souriez, vous êtes grand-remplacés!


Causeur: Souriez, vous êtes grand-remplacés!

Notre numéro de septembre est en vente

Causeur: Souriez, vous êtes grand-remplacés!
© Causeur

Découvrez le sommaire de notre numéro de septembre


Appelez ça comme vous voulez… Si l’expression « Grand Remplacement » vous incommode, parlez de Grand Basculement. Au-delà des mots, les travaux de France Stratégie prouvent qu’une révolution démographique est en cours dans les grandes et moyennes villes de France. Présentant notre dossier, Élisabeth Lévy explique qu’une section du monde politique et médiatique cherche à nous cacher cette vérité pour qu’aucun débat public ne puisse se tenir sur les questions de l’immigration et de l’assimilation des populations qui en sont issues. Au rythme actuel du bouleversement démographique, dit-elle, « la France de demain ressemblera à un vaste hall d’aéroport. Le duty free en moins, la violence en plus. »

Les chercheurs de l’Observatoire de l’immigration et de la démographie nous racontent ce changement historique à travers les cartes de villes et d’agglomérations – que ce soit la Seine-Saint-Denis, Paris intra-muros, Rennes, Limoges ou Poitiers… – rendues publiques par France Stratégie, organisme d’État. Ces cartes démontrent que la proportion des 0-18 ans nés de parents extra-européens explose à travers tout le pays. « L’addition est simple. Immigration non maîtrisée + surnatalité des femmes étrangères = de moins en moins d’autochtones. »

>>> Lire votre magazine <<<

Pour Philippe d’Iribarne, directeur de recherche au CNRS, des pans entiers du territoire sont livrés à des populations immigrées qui n’ont que faire de la République et de ses lois et qui, au jeu de la natalité, sont plus fortes que les populations « de souche ». Le haut fonctionnaire Michel Auboin met à nu un véritable système de vases communicants par lequel la France exporte à l’étranger des jeunes diplômés aux idées libérales et importe des familles sous-qualifiées aux mœurs rétrogrades. Le résultat ne peut être qu’un appauvrissement économique du pays. Est-il possible de sauver notre système de retraite par le recours à l’immigration, comme certains le prétendent ? Non, répond sans ambages Erwan Seznec, car les immigrés d’aujourd’hui seront les retraités de demain. Évoquant l’expérience britannique, David Goodhart affirme qu’une majorité de citoyens peut ressentir une anxiété légitime qui n’a rien à voir avec la xénophobie, mais tout à voir avec l’extrême rapidité des changements démographique et culturel. Finalement, Mathieu Bock-Côté explique que la nationalité française est désormais réduite à un simple « droit » sans aucun rapport avec une quelconque identité historique, tandis que les territoires perdus de la République se sont mués en enclaves étrangères. 

Côté actu, Élisabeth Lévy prend à partie les « auteur.e.s » d’un appel récent en faveur de l’« accueil inconditionnel des femmes afghanes en France. »  Il y a une contradiction chez la plupart de ces néo-féministes qui poussent les hauts cris devant le machisme islamiste des Talibans, mais font preuve d’indulgence quand le machisme islamiste se manifeste dans cette France qu’elles accusent d’être la terre patriarcale et raciste par excellence. Si le panache d’une candidature Zemmour aux présidentielles a de quoi séduire, Philippe Bilger se demande si les qualités intellectuelles de ce fin connaisseur de l’histoire et homme de conviction suffiront à le qualifier pour le second tour. Pourquoi les Occidentaux ont-ils échoué en Afghanistan ? Pour Harold Hyman, c’est parce qu’une génération d’Afghans libéraux, qui a vécu sous la protection occidentale, n’a opposé aucune résistance aux Talibans. Plutôt que de défendre la liberté chez eux, ils voudraient venir chez nous. Gil Mihaely ajoute que les Occidentaux n’ont jamais réussi à obtenir la pleine coopération du Pakistan qui ne partage pas les mêmes intérêts que nous dans la région. Côté pandémie, nous ne sommes pas encore sortis du bois. Pour l’historien Pierre Vermeren, la crise a permis à la médecine de triompher du politique et de défendre jusqu’à l’absurde la sécurité sanitaire, tandis que beaucoup de nos concitoyens se sont découverts une passion pour l’interdit et la contrainte. Selon le philosophe Pierre-Henri Tavoillot, se confiant à Élisabeth Lévy, le mouvement des antivax et anti-passe révèle l’égoïsme qui gangrène notre société et témoigne d’un inquiétant recul du bon sens. En revanche, Florian Philippot, le président des Patriotes, interviewé par Gil Mihaely et Martin Pimentel, considère que le passe sanitaire est inefficace contre le Covid tandis que la vaccination doit exclusivement relever du choix des individus. Tout se passe différemment outre-Pyrénées. Là, comme nous l’explique Nicolas Klein, la Cour constitutionnelle a déclaré inconstitutionnel « l’état d’alerte » sanitaire, une décision diamétralement opposée à celle prise par notre Conseil constitutionnel. 

Pour ouvrir le bal côté culture, Franck Ferrand a lu Capitale de Jonathan Siksou. Cet ouvrage propose une pérégrination parisienne où la rêverie et l’humour le disputent à l’érudition. Le livre a déjà reçu le prix Transfuge du meilleur essai et c’est tout à fait mérité. Et on ne dit pas ça parce que son auteur écrit aussi dans ce journal ! C’est un tableau plus sombre de la capitale française que brosse Pierre Lamalattie : l’une des plus grandioses perspectives de Paris, laissée à l’abandon depuis des années, devrait bientôt être défigurée. Les réaménagements voulus par Anne Hidalgo tels que la « végétalisation en conteneurs » ne satisfont personne. Mais ce qu’Anne veut… Bien plus sombre encore est la catastrophe racontée dans 11 Septembre, une histoire orale, de Garrett M. Graff, qui retrace, à travers plus de 500 témoignages, la journée d’horreur qui nous a fait basculer dans le XXIe siècle. Pour Jérôme Leroy, qui l’a lu, c’est une somme. Et un grand livre. Par des temps aussi désespérés, on ne sait pas à quel saint se vouer. Sauf que Causeur a la réponse : la Mère Brazier qui est devenue la divinité protectrice de la cuisine lyonnaise – et française. Gautier Battistella nous raconte celle qui fut la première femme à décrocher deux fois trois étoiles au Guide Michelin et dont on célèbre cette année le centenaire du restaurant, La Mère Brazier. 

>>> Lire votre magazine <<<

Capitale

Price: 20,00 €

14 used & new available from 12,99 €

11 septembre - Une histoire orale

Price: 24,90 €

13 used & new available from 17,42 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Marseille, grande ville maghrébine?
Next article Procès «historique»? L’histoire décidera!
est directeur adjoint de la rédaction de Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération