Home Édition Abonné Les guillemets de “Libération”


Les guillemets de “Libération”

Éteins la lumière, montre-moi ton côté sombre...

Les guillemets de “Libération”
Des Israéliens sur le lieu du drame à Beer-Sheva dans le sud d'Israël, 22 mars 2022. À proximité d'un centre commercial, un terroriste arabe sympathisant de l'État islamique a tué 4 personnes et fait 2 blessés graves lors d'une attaque à la voiture bélier et au couteau. © Tsafrir Abayov/AP/SIPA

Un attentat à la voiture bélier et au couteau a tué quatre civils israéliens et blessé plusieurs autres, dont deux gravement, dans la principale ville du sud d’Israël, Beer Sheva, le 22 mars 2022. C’est l’attentat terroriste le plus mortel dans ce pays depuis 2016. Malheureusement, pour la presse française de gauche défavorable à Israël, c’était une nouvelle occasion pour euphémiser la menace islamiste permanente planant sur l’État hébreu. Dans certains médias des pays arabes, de leur côté, on ne s’embarrasse même pas de guillemets pour apporter son soutien à l’horreur. Analyse.


« Attaque terroriste à Beer Sheva : 4 morts et 2 blessés graves ; l’assaillant abattu » a titré le Times of Israel.

Notre Libé national a employé presque les mêmes mots, mais pour dire le contraire, grâce à des guillemets. Le Larousse nous rappelle opportunément que ce signe typographique est utilisé, tout comme l’expression orale « entre guillemets », pour indiquer « qu’on ne reprend pas à son compte une affirmation, qu’on souligne une intention ironique ou un euphémisme. »

Libé ne reprend-il pas à son compte le caractère terroriste d’un attentat qui a fait quatre morts ou bien souligne-t-il une intention ironique, voire un euphémisme ?

Lorsque le théâtre de Marioupol, en Ukraine, a été bombardé, Libération a publié pas moins de huit articles [1]. Les seuls guillemets qu’on y relève sont autour d’une citation du président américain : « Joe Biden a qualifié pour la première fois Vladimir Poutine de «criminel de guerre».»

Il existe des journaux d’information 

Ils sont différents de ceux qui peuvent se consacrer à de la propagande ou peuvent se sentir Libérés d’une exacte fidélité aux faits et à l’enchaînement des causes et des effets. « Les médias israéliens ont rapporté que l’agresseur présumé, Mohammad Ghaleb Abu al-Qian, 34 ans, était un enseignant de la ville de Hura, qui a purgé une peine de trois ans de prison pour appartenance au groupe terroriste État islamique et tentative de recrutement. Il a été libéré en 2019. » Ces faits sont rapportés par le Times of Israel.

A lire aussi: Pays-Bas: polémique sur les rapports entre les facs et Israël

Au temps pour « l’humiliation quotidienne », pour « la pauvreté », pour « l’ignorance »… qui sont les excuses dont nos compatriotes ne sont parfois pas avares pour expliquer la sauvagerie. Ou plutôt « n’étaient » pas avares. Depuis que le terrorisme a tué, chez nous, des consommateurs de boissons haram à Paris ou les spectateurs d’un feu d’artifice célébrant autre chose que des attentats contre des Juifs, les guillemets ont disparu du ©label rouge sang qui accompagnait le mot « terroriste ».

Le terroriste sans guillemets a été abattu 

Un chauffeur de bus qui, derrière son volant, avait assisté à la scène, est allé porter secours aux victimes. Il a tiré sur le terroriste après avoir tenté de le raisonner et il a témoigné après coup : « C’était une personne… Nous sommes des êtres humains, nous ne sommes pas des animaux. Je ne suis pas habitué à une telle situation, à tirer sur une personne. Je suis désolé pour lui, mais c’est lui qui l’a cherché » [2] a regretté celui qui est considéré comme un héros en Israël. 

Dans une bonne partie du monde musulman, c’est celui d’en face qu’on célèbre en héros. Pour soutenir ce point de vue, aucune réticence côté palestinien. Al-Jazeera, la chaîne qatarie, s’en fait le porte-parole : « Le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza occupée [3], et le Jihad islamique palestinien ont salué l’attaque. Le porte-parole du Hamas, Abdel-Latif al-Qanou, a déclaré que les “crimes commis par l’occupation” contre le peuple palestinien ne pouvaient être combattus que par de tels “actes héroïques”. Tariq Salmi, porte-parole du Jihad islamique, a déclaré que l’attaque était “une réponse naturelle aux crimes de l’occupation dans le Naqab”, ajoutant qu’Israël “se rendra compte une fois de plus que notre peuple ne se rendra pas.” » 

Dans une démocratie, on vote et on discute

En revanche, la députée de la Liste arabe unie à la Knesset, Aida Touma-Sliman, a condamné : « Je condamne l’attaque contre des civils innocents à Beer Sheva. J’envoie mes prières pour le rétablissement des blessés et mes condoléances aux familles des personnes tuées. » Le parti islamiste Raam, qui fait partie du gouvernement, est allé dans le même sens. « Raam condamne cette attaque méprisable à Beer Sheva et envoie ses condoléances aux familles des personnes assassinées. Raam appelle tous les citoyens à préserver le tissu social commun et fragile, à être responsables et à faire progresser un discours de tolérance en cette heure difficile», peut-on lire dans son communiqué de presse.

Les journagandistes libérés l’ignorent peut-être, mais les Israéliens arabes ont des représentants au parlement et même un parti au gouvernement. Ils n’ont donc aucun besoin de recourir à des attentats pour s’exprimer ou pour promouvoir leurs revendications. 

A lire ensuite: Good Morning, Israël !

Au temps, aussi, pour l’excusisme version « absence d’autre moyen de se faire entendre pour des victimes condamnées à recourir à la violence »…

Où sont les guillemets d’antan ?

Dans les mises à jour ultérieures, les guillemets de Libération ont disparu. On aimerait croire à une prise de conscience sur l’amoralité  de la première version. 

Hélas, le bon sens penche plutôt pour une prise de conscience du degré d’information des internautes, à qui on ne peut plus faire prendre les vessies de son militantisme pour la lanterne de l’information, a fortiori pour les Lumières du XXIe siècle.


[1] https://www.liberation.fr/checknews/deux-jours-apres-le-bombardement-du-theatre-de-marioupol-le-flou-demeure-sur-le-bilan-humain-20220318_PDFIACTL2ZDPDH7COU5T62N6HM/# ; https://www.liberation.fr/checknews/ukraine-que-sait-on-du-bombardement-du-theatre-de-marioupol-20220317_TI7ZJ67USRFMBA7GLOKT3J23GI/ ; https://www.liberation.fr/international/europe/la-mairie-de-marioupol-affirme-quun-theatre-abritant-des-centaines-de-civils-a-ete-touche-par-une-frappe-russe-20220316_YHARMPMI5NGKJIYAGMLNLLIEAQ/ ; https://www.liberation.fr/international/europe/le-bombardement-dun-theatre-de-marioupol-souleve-lindignation-darmanin-tente-lapaisement-en-corse-julie-doucet-adoubee-par-le-grand-prix-dangouleme-lactu-ce-jeudi-20220317_6IWEB6YAA5BHFCJPRWAVNYT6FQ/ ; https://www.liberation.fr/international/europe/a-marioupol-nous-prions-tous-les-jours-20220317_MCY2NPGGBJAF7DW6LBOXA4XAZE/ ; https://www.liberation.fr/international/europe/guerre-en-ukraine-plus-dun-millier-de-personnes-refugiees-dans-le-theatre-bombarde-de-marioupol-20220317_H4FTJGFL7NHFRJHMZNQ2QLKCJE/

[2] https://www.israelnationalnews.com/news/324436

[3] « La Bande de Gaza occupée » est un automatisme langagier en usage chez les “antisémi-sionistes”. En réalité, Israël a quitté la Bande de Gaza en juillet 2005. Cela va faire 17 ans.


Previous article Éric Zemmour: «J’arracherai la culture aux griffes de la gauche»
Next article Pour en finir avec la falsification des concepts politiques!
essayiste, conférencière, traductrice, auteur de plus de 30 ouvrages, dont plusieurs sur les conflits du Moyen-Orient

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération