Home Édition Abonné L’accélération foudroyante de la gentrification de Paris


L’accélération foudroyante de la gentrification de Paris

Vive l'inclusion... des riches!

L’accélération foudroyante de la gentrification de Paris
Anne Hidalgo, maire de Paris depuis 2014 © Loic VENANCE / AFP

La gentrification de la capitale s’est accélérée sous Anne Hidalgo, le nombre de ménages déclarant plus de 100 000 euros de revenu annuel ayant bondi de 24 % en six ans. La majorité en place ne fait rien pour freiner le mouvement, au contraire. L’explosion des loyers chasse la classe moyenne et la construction de logements sociaux se poursuit. Autrement dit, Paris est devenue une ville pour les très riches et les très pauvres.


>> Retrouvez un dossier de 10 pages sur les “saccages de Madame 3%” à Paris dans notre nouveau magazine <<

Anne Hidalgo l’a maintes fois répété, elle entend faire de Paris une ville « inclusive », où toutes les populations trouveront leur place. En ce qui concerne les plus riches, l’objectif est atteint. La boboïsation de la capitale est souvent relevée, mais rarement chiffrée. L’exercice n’est pourtant pas difficile, car beaucoup de statistiques du fisc sont désormais en accès libre. Elles montrent que la part des ménages parisiens déclarant plus de 100 000 euros de revenu par an a très nettement augmenté depuis les municipales de 2014. Ils étaient 97 700 lorsqu’Anne Hidalgo a été élue, et 121 300 en 2020, soit une hausse de 24 % en six ans seulement. Et ce n’est pas tout. En 2014, ces ménages déclarant plus de 100 000 euros par an pesaient collectivement 38,4 % du total des revenus des Parisiens. En 2020, leur part est montée à 50 %. Autrement dit, dans une ville « inclusive » de 2,2 millions d’habitants, 120 000 ménages raflent la moitié des salaires distribués chaque année ! Parmi eux, plus de 32 000 sont retraités.

La gentrification avait commencé avant Anne Hidalgo, mais elle s’est accélérée durant sa mandature, en particulier dans les bastions électoraux de gauche. Entre 2014 et 2020, la proportion de riches a augmenté de 50 % à 75 % dans les arrondissements présumés populaires comme le 18e, le 19e et le 20e : il y avait 2 440 contribuables à la tranche maximale de l’impôt dans le 20e en 2014. Ils étaient 3 510 six ans plus tard. Autrement dit, tous les deux jours, depuis des années, une famille riche ou très riche s’installe dans le 20e, qui compte par ailleurs plus de 36 % de logements sociaux. L’effet d’éviction sur la classe moyenne est terrible : Paris devient une ville pour les très aidés et les très aisés.

Anne Hidalgo et son équipe y sont pour quelque chose. Leur décision la plus grave a été d’acheter massivement des logements privés pour en faire des logements sociaux. La ville a ainsi atteint à bon compte ses objectifs de construction HLM. En retirant des biens d’un marché déjà en surchauffe, elle a aussi contribué à rendre le logement inaccessible. En 2007 et 2019, Paris crée respectivement 6 165 et 5 723 logements sociaux, mais avec plus de 4 500 constructions sous Delanoë, contre moins de 1 500 sous Hidalgo… Le diable est dans les détails.

A lire aussi: Paris à la tronçonneuse

À la décharge d’Anne Hidalgo, le Premier ministre socialiste Manuel Valls n’a pas fait mieux. En 2016, il annonçait officiellement son intention de faire de Paris l’endroit « le plus favorable d’Europe » sur le plan fiscal pour les traders ! C’était lors du forum de Paris Europlace, l’organisme chargé de promouvoir la place financière française. Il y a une « union sacrée entre l’industrie financière, les collectivités locales et les pouvoirs publics », se félicitait Arnaud de Bresson, délégué général d’Europlace. L’objectif était d’attirer des milliers de gros salaires qui, pensait-on, allaient quitter la City pour cause de Brexit. Ils ne l’ont pas fait, faut-il vraiment le regretter ?

Février 2022 - Causeur #98

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Parlez-vous franglais?
Next article Doit-on lire la critique littéraire?
Journaliste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération