Comme l’a dit un causeur célèbre, le Pape est pape ! Sans le contredire, je voudrais ajouter qu’il est aussi et en même temps à la fois prince et, ce qui n’est pas rien, vicarius christi, le vicaire de Jésus Christ ou son lieutenant ici-bas. Le champ de manœuvre papal s’étend entre la « princitude », la dimension politique et temporelle de la charge pontificale, et la « vicairitude », c’est-à-dire sa dimension religieuse. Benoît XVI semble plutôt porté vers la dimension théologico-religieuse de sa charge. Aussi raisonne-t-il à l’échelle des décennies voire des siècles. Quand on se situe dans la longue durée et dans une perspective purement théologique, les bêtises volontairement provocatrices d’un histrion latinisant en soutane nommé Richard Williamson sont effectivement – et contrairement aux événements dont il parle – un petit détail.

Les évêques de Rome ont mis du temps à s’habituer à la perte quasi-totale de leur « princitude » d’antan. Jusqu’au 20 septembre 1870, le pape a résidé au palais du Quirinal devenu résidence des rois d’Italie puis de la présidence de la République. Le palais du Vatican ne fut d’abord qu’une solution d’attente, un refuge devenu en 1929, suite aux accords de Latran, le centre du plus petit Etat du monde – 44 hectares et environ 800 habitants. À la tête d’une microscopique principauté dépourvue de la moindre division, comme le rappela Staline, le pape n’en est pas moins, qu’il le veuille ou non, un acteur politique, en particulier depuis que Jean-Paul II a donné à la fonction une dimension médiatique planétaire.

Mais à l’heure de l’hyper-démocratie, négliger les médias et l’opinion publique est une funeste erreur. Pape ou non, point d’action sans communication. Intellectuel, théologien et certainement fin connaisseur de la politique politicienne ecclésiastique – il n’est quand-même pas donné à tout le monde de devenir serviteur des serviteurs de Dieu – le Pape actuel se soucie très peu de la culture politique démocratique et encore moins de ses exigences cathodiques. À l’évidence, pour Benoît XVI et son entourage, la levée de l’anathème n’a rien à voir avec les opinions de celui qui en bénéficie : un prêtre confessant accordant l’absolution à un assassin condamné à mort n’apporte pas pour autant le soutien de l’Eglise ni au meurtre ni à la peine de mort.
Eviter le piège tendu par Williamson aurait été assez facile. Comme le rappelle Paul Thibaud, les 48 heures écoulées entre la diffusion des propos négationnistes de Richard Williamson le 22 janvier et l’annonce, programmée d’avance par le Vatican de la levée de l’excommunication de quatre évêques ordonnés par Mgr Lefebvre, auraient au moins dû permettre la suspension de la décision. D’ailleurs, puisque Williamson n’en est pas à sa première provocation, le problème aurait dû être traité en amont, si toutefois la curie avait la sensibilité et les compétences de n’importe quelle chancellerie occidentale.

On peut donc reprocher, au minimum, à Benoît XVI de planer sur les sommets de la théologie et d’oublier de se pencher sur les tristes affaires des hommes. Reste que si l’on oublie le faux-pas Williamson, il y a aussi quelque chose d’admirable dans ce pontificat qui se veut spirituel plus que temporel. Pie XII a été un homme d’Etat et un diplomate habile dans une période trouble. Marqué, comme tous les dirigeants européens des années 1920-1940, par la guerre de 1914-1918, Mgr Pacelli n’aura été qu’un Pape-prince. Et il a raté une occasion qui – heureusement – ne se présente qu’une fois tous les deux mille ans : face au Mal absolu, il aurait pu rééditer le sacrifice sublime de celui qu’il représentait sur terre. Au moment où il fallait sortir de l’Histoire il a choisi d’y rester avec le souci – légitime mais peu adapté à la dimension de l’enjeu – de défendre les intérêts séculiers de l’Eglise et de ses fidèles. C’est le mieux qu’on puisse attendre d’un homme d’Etat mais en-dessous de la main s’agissant d’un Pape confronté à Hitler. Benoît XVI est, certes, un diplomate maladroit, il commet des erreurs que Pie XII aurait probablement évitées avec habileté. Reste qu’il sait peut-être mieux que celui-ci de qui il est le mandataire sur terre.

Lire la suite