« Certes, autrefois, les rois avaient leur fou mais le fou restait en dehors de la cathédrale. Maintenant, le fou est dans la cathédrale et il revient aux hommes politiques même de le demander aujourd’hui » : c’est par ces mots qu’Alain Finkielkraut réagit à la sanctification des Guignols de l’Info, émission brièvement menacée par Vincent Bolloré et finalement… sauvée par le même fait du Prince.

Humiliés, salis et injuriés quotidiennement, les hommes politiques ne se sont pas moins mobilisés massivement en faveur des Guignols, ce qui fait dire à l’académicien qu’ils « prennent acte de ce que Baudrillard appelait la précession des simulacres : la marionnette précède aujourd’hui la personne ». Chaque soir, avant même le début du vrai journal de 20 heures, commence l’émission satirique de Canal + qui instaure le ricanement et la dérision comme maîtres de l’époque. Effrayant!

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite