Quantcast
Home Société Voter Zemmour et se faire plaquer, c’est possible


Voter Zemmour et se faire plaquer, c’est possible

Exigeons plus de pluralisme politique au lit !

Voter Zemmour et se faire plaquer, c’est possible
Image d'illustration Unsplash

Ne peut-on pas en même temps reconquérir la France et conquérir les cœurs ? Un sondage semble indiquer que non.


« Coucheriez-vous avec un électeur de Zemmour ? » c’est le sur-titre d’un sondage IFOP, commandé par le site de rencontres adultérines Gleeden [1] sur l’influence du vote pour tel ou tel candidat dans les relations de couple et sexuelles des Français.

A lire aussi: Marion Maréchal: «Ne vous faites pas voler l’élection»

Étant donné la diabolisation du « candidat de l’extrême-droite », orchestrée matin, midi et soir par le camp du Bien, la réponse est sans surprise. C’est niet pour 61% des Français(es) qui refuseraient d’avoir une relation sexuelle sans lendemain avec un électeur d’Eric Zemmour. Ce rejet est massif comparé à celui essuyé par les électeurs des autres candidats. L’électeur de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen garde de son côté, en effet, une chance sur deux de voir aboutir ses avances. Quant aux électeurs écologistes, macronistes et pécressistes, leur capacité de séduction est nettement plus forte puisque ce sont eux qui suscitent le moins d’aversion. Les célibataires militants du parti de Yannick Jadot ont donc plus de chance de conclure que les célibataires zemmouristes, qui, tels les apprentis Titus de la politique devront affronter un dilemme racinien et choisir entre reconquérir la France ou conquérir les cœurs !

À en croire ce sondage, voilà qu’à présent Eric Zemmour, au-delà de « semer la haine », et de « diviser les Français », casse les plans d’un soir de ses électeurs qui doivent se résoudre à ne pas faire du Zemmour pour draguer. Et ce n’est pas fini.

À croire que l’amour ne rend pas si aveugle que ça !

Voter pour le candidat de Reconquête ne fait pas seulement office de repoussoir pour une partie de jambes en l’air sans importance, mais aussi pour trouver chaussure à son pied et se caser définitivement. 64% des Français prendraient leurs jambes à leur cou en apprenant que la personne avec qui ils envisagent de se mettre en couple met dans l’urne un bulletin Eric Zemmour.

Graphique étude IFOP pour Gleeden

Et qu’en est-il du côté des couples installés ? Eh bien voter pour le leader de Reconquête reviendrait plus ou moins à faire voler en éclat son couple ! Pas moins de 42% des Français(es) quitteraient leur conjoint/partenaire s’il avait l’intention de voter pour l’ancien journaliste du Figaro. Et la proportion monte même à 57% chez les femmes de moins de 25 ans. Dans les raisons de divorcer, Zemmour détrônera-t-il donc le cocufiage ?

A lire aussi: Causeur n°100: Et si ce n’était pas lui?

Très curieusement, les électeurs faisant preuve de la plus grande tolérance sont justement ceux qui suscitent la plus grande intolérance. Ainsi, seuls 37% des électeurs d’Eric Zemmour refuseraient d’être en couple avec quelqu’un ayant des opinions politiques radicalement opposées aux leurs, contre 60% chez les électeurs de la France Insoumise et 69% chez ceux de Yannick Jadot. Pour ces derniers, pas question non plus de céder à l’appel du sexe : ils sont 36% à déclarer ne pas pouvoir coucher avec un partenaire aux convictions politiques opposées aux leurs, et même s’il leur plait physiquement par ailleurs. À croire que l’amour ne rend pas si aveugle que ça !

Sous couvert de lutte pour la reconnaissance des différences, cette partie de la population ne supporte pas, en réalité, la pluralité des convictions et préfère vivre entre soi dans un safe space idéologique plutôt que, comme dirait Montaigne, d’accepter de se frotter cervelle contre cervelle – et sexe contre sexe. Alors qu’ils ne sont que 15% dans l’électorat d’Eric Zemmour à pratiquer cette abstinence très puritaine sur fond d’intransigeance idéologique.

En réalité, les zemmouriens sont tout amour !


[1] Étude Ifop pour Gleeden réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 17 mars 2022 auprès d’un échantillon de 2 002 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article La force d’Éric Zemmour: une vision, des convictions et une méthode pour la survie de la France
Next article Sarkozy/Pécresse: la candidate LR ne serait-elle pas un peu maso?

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération