Elisabeth Lévy revient sur le destin d’Eric Brion, désigné porc « zéro » par Sandra Muller…


Le porc se rebiffe. Et il a bien raison. Le 13 octobre 2017, Éric Brion, ancien directeur de la chaîne Equidia, connaissait le douteux privilège d’être désigné comme le porc « zéro » par Sandra Muller. Cette journaliste française installée aux États-Unis a monté la petite entreprise de calomnies et délations appelée « Balance ton porc » qui lui a valu une sanctification planétaire et le titre de « briseuse de silence » décerné par le magazine Time fin 2017. Et elle ne brise pas que ça.

A lire aussi : Un homme qui fait un compliment déplacé n’est pas un porc

Éric Brion a porté plainte et, le 29 mai, son accusatrice était poursuivie pour diffamation devant la 17e chambre correctionnelle. Au grand dam des pleureuses féministes. Puisque Brion a reconnu les faits, que veut-il ? Eh bien, il ne veut pas être traité de harceleur.

Tu es mon type de femme, tu es brune, tu as de beaux seins

En 2012, au cours d’une soirée organisée en marge du MIPTV à Cannes, il drague la journaliste : « Tu es mon type de femme, tu es brune, tu as de beaux seins. » Ce n’est pas très distingué, mais je ne me rappelais pas que le milieu de la télévision fût si à cheval sur le beau langage, surtout en fin de soirée. Et puis, c’est un hommage, non ? Bien sûr, on a le droit de ne pas aimer ça. Elle l’envoie donc bouler. Il n’insiste pas, mais réplique : « Dommage, je t’aurais fait jouir toute la nuit. » Désolée, je ne vois vraiment pas ce que cette réaction basique de mâle dépité a de choquant ou de blessant. C’est l’absence de dépit qui aurait été blessante. En prime, le lendemain, le gars envoie un texto pour s’excuser. Plutôt classe, non ?

Ce micro-incident n’a aucune suite jusqu’à ce que, cinq ans plus tard, en pleine tourmente Weinstein, Sandra Muller réalise qu’elle a été traumatisée et balance son porc. Pour Brion, ce tweet est le début d’une descente aux enfers – dépression, séparation, dégringolade professionnelle. Autant dire qu’il n’y a aucune commune mesure entre le préjudice qu’il a subi et le tort causé à Sandra Muller. Elle a dû écouter pendant quelques minutes un type avec qui elle avait bu des verres lui faire des avances. Lu

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite