Les romans américains de la rentrée sont souvent des produits calibrés lancés comme des nouvelles lessives. « Les Fantômes du vieux pays », pour une fois, échappe à la règle.


Le grand roman américain de cette saison, en France, sera donc Les Fantômes du vieux pays, de Nathan Hill. Il en faut un, en général, par rentrée littéraire. Si possible écrit par un primo-romancier dont les droits ont déjà été achetés une fortune sur manuscrit et qu’une habile politique commerciale réussit à faire passer pour le nouveau Norman Mailer, le successeur de Don DeLillo, l’héritier de John Irving, le fils spirituel de William Styron. Il arrive que ça marche, comme en 2002, lorsque le public français découvrit Les Corrections, de Jonathan Franzen. Mais ce type d’opération peut aussi échouer lamentablement comme cela fut le cas en 2016 pour City on Fire, de Garth Risk Hallberg, qu’une presse moutonnière avait présenté comme le livre « incontournable »1 et qui s’est révélé un pavé indigeste.

Tous ses personnages donnent l’impression qu’il leur suffirait de presque rien pour devenir des tueurs de masse psychotiques

Avec les 700 pages

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2017 - #49

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite